Forum

Pages : 1 2 3

#51 Le 03-06-2021 à 11h55

Garde Absynthe
Walden
Acolyte des Licornes
Walden
...
Messages: 349



Almodis : je pense que c'est super d'avoir une préparation/brouillon sur papier et le propre sur un autre support. Ca permet de ne pas s'emmêler les pinceaux et de bien s'y retrouver. Je fais pareil pour tout le côté réflexion sur mes histoires /static/img/forum/smilies/smile.png

Nøra : Je ne saurais pas trop trop te dire si ma façon de faire est la bonne... dans l'absolu je dirai que non, parce qu'il me manque quand même pas mal de discipline pour que je me décide à relier mes petites bouts de phrases ensemble et que je me lance à 100% dans mes projets. Au final, je me dis que tant que je travaille dessus, c'est déjà mieux que rien !
Mais je pense aussi que je me trouve pas mal d'excuses, manque de temps, autres choses à faire (glandouiller sur l'ordi x)), pour ne pas m'attaquer à mes grosses histoires.

Mais bon, je pense que tata Caprix a raison, et que respirer est dans le top 5 des meilleurs conseils sur ce topic.

Pour en revenir au style, en effet, le passage que tu as montré à tout ce qu'il faut ! Pour le coup, c'est surtout le rythme que je trouve intéressant ! Il... ben il décrit très bien ce qu'il se passe et on comprend ce que ressent le personnage sans problème.
Tu peux essayer quelque chose du genre dans les scènes dynamiques de tes écrits peut-être ? Assez incisif, précis, sans que le vocabulaire ne soit le plus châtié du monde ! En tout cas, c'est dans ces moments-là que j'aime tout particulièrement les répétitions.

Et je plussoie les topics comme J'imagine ta gardienne ! Ecrire un petit texte qui n'a rien à voir, ça peut relancer l'inspiration, mais aussi nous entraîner sur un style qu'on ne maîtrise pas forcément c: avec une deadline en plus.

Et sinon, j'ai une autre technique encore pour retravailler un texte /static/img/forum/smilies/lol.png
Il me semble qu'il y a une autrice, qui, une fois qu'elle a fini un roman, ouvre un doc vierge, le roman prend l'autre moitié de l'écran et... et elle réécrit tout. Ca l'aide à voir ce qu'elle n'aime pas, et elle le retravaille directement.

Je n'ai absolument pas testé cette technique, si quelqu'un veut faire le cobaye x)

Je file, je vais essayer de régler mes comptes avec Phlème, Prisedethète et Autophlagèle.

Hors ligne

#52 Le 08-06-2021 à 11h35

Garde Absynthe
Chetie
Fraîchement arrivée
Chetie
...
Messages: 2

Bonjour,


J'écris actuellement une fanfiction sur Eldarya via Wattpad et j'aimerais la publier aussi sur le forum. J'avais néanmoins quelques petites questions :


-Je vois que l'image de début est très importante, est il possible d'utiliser des images du jeux? Que l'on a dans notre bibliothèque?

-Il y a trois béta lecteurs en ce moment sur la discutions des béta lecteurs, y a t-il plus de proposition ailleurs? Je recherche quelqu'un pour l'orthographe (surtout), la mise en page et un avis honnête. De plus tout comme dans certains épisode d'Eldarya, mon histoire vas comporter des scènes qui risque d'être censurées (ou pas) et j'ai besoin d'un avis.

-Est-il possible de m'expliquer la mise en page? J'ai lu les explications, mais j'ai du mal à comprendre ^^' Principalement le fait de ne voir apparaître que le titre du chapitre avant de cliquer dessus pour voir le reste du texte. Il doit s'agir d'une image pour certains... Créé à côté avant d'être importé?


Merci pour votre aide précieuse.

Hors ligne

#53 Le 08-06-2021 à 11h57

Garde Absynthe
Lillion
Garde en formation
Lillion
...
Messages: 167

Chetie

- Oui, il est possible d'utiliser des images du jeu. Si tu utilises des images extérieures, n'oublie pas de mettre le nom du créateur et un lien vers l'image originale.

- Pour la mise en page, tu peux te renseigner sur L'aide à la mise en page - toutes les mises en page sont faites en utilisant les balises détaillées sur cette page.
En particulier, la balise que tu mentionnes est la balise spoiler, ça ressemble à ça :

[spoiler=Titre du chapitre]
Texte du chapitre qui sera caché jusqu'à ce que le spoiler soit ouvert
[/spoiler]


Dans un message, ça donne ça :

Titre du chapitre


[Nevra] - Chapitre 2 en ligne

« C’est absurde, j’en ai conscience, mais… on croirait presque qu’elle rejette Eldarya. »

https://i.postimg.cc/KjV51SjC/Understanding-the-Origin-of-Type-Ia-Supernovae-2-Copie.jpg

Hors ligne

#54 Le 08-06-2021 à 19h09

Garde Obsidienne
Nøra
Acolyte des Licornes
Nøra
...
Messages: 375

https://zupimages.net/up/21/01/c5rf.png

Bonjour par ici !

Walden, merci encore pour ta réponse. C’est vrai qu’écrire par morceau une histoire n’est probablement pas une bonne idée x). C’est souvent compliqué après de relier ses bouts de paragraphes entre eux et ça peut faire « artificiel ». Après, ça permet aussi de se lancer et ça peut donner l’élan nécessaire pour développer une idée qui restait désespérément bloqué dans notre cerveau lol.

Pour la technique de tooout réécrire, mama que ce doit être long et fastidieux x). Ma satanée personnalité de : « il faut optimiser son temps au maximum » ne risque pas d’apprécier lol. Pourtant, je comprends complétement l’objectif. Faudrait tester pour voir. A la limite le faire chapitre par chapitre et pas à la toute fin de l’histoire x).

En tout cas, respirer, suivre son inspiration et tester d’autres choses même si ce n’est pas ouf et foiré, je prends x).

J’espère que Muse Phlème, Prisedethète et Autophlagèle ont quitté tout corps depuis. Les miennes commence doucement à me quitter grâce à vos merveilleux conseils ! <3

Chetie,
Je rejoins Lillion sur toutes ses explications ^^

L’image du début est effectivement « importante », dans le sens où c’est la couverture de ton histoire. La première chose que l’on voit en ouvrant fiction. Donc, comme le titre attire pour ouvrir le topic, l’image que l’on voit au début peut aussi capter l’attention pour vouloir en savoir plus.

Pour les béta lecteurs, il n’y a que le topic que tu as sûrement déjà regardé. Parfois, des lecteurs peuvent se proposer au cours de ton histoire, ou tu peux faire des rencontres sur le forum et trouver une personne qui se proposera. En tout cas, il n’y a pas d’autre proposition ailleurs que ce que tu as déjà vu.

Pour tout ce qui est mise en page, il faut vraiment que tu lises les règles de la section des Contes d’Eel, tout y est expliqué. Puis, n’hésite pas à jeter des coups d’œil au fiction déjà ouverte. Sans aller jusqu’à copier/coller, tu peux t’inspirer des présentations des autres ^^

Lillion t’a déjà montré comment mettre le titre directement avec la balise spoiler, donc je ne vais pas répéter x). Mais pour ce qui est des titres en dehors du spoiler, tu as la possibilité d’importer des images ou de l’écrire « normalement » au-dessus du spoiler. J’utilise le site Zupimages pour importer les images personnellement.

Je ne sais pas si tu es accoutumé des balises du forum, si ce n’est pas le cas, pas de panique ça viendra haha. On est tous passé par là. Je me souviens encore de ma panique avec les balises et ce n’était pas du tout naturel au début, mais ça vient avec le temps.

Voilà, j’espère que ça t’aidera ! ^^
https://zupimages.net/up/21/01/mnyt.png



https://zupimages.net/up/21/01/8uuq.pnghttps://zupimages.net/up/21/24/2ed9.pnghttps://zupimages.net/up/21/01/oip4.png

Hors ligne

#55 Le 08-06-2021 à 20h50

Garde Absynthe
Chetie
Fraîchement arrivée
Chetie
...
Messages: 2

Merci Lillion et merci Nora.

J'ai déjà lu en effet les règles de la section des contes d'Eel, ainsi que l'aide à la mise en page même si tout n'y ai pas expliqué ^^'
Enfin je devrais m'en sortir je pense, mais il vas d'abord que je trouve un bon béta car apparemment il y'a beaucoup de fautes que je ne vois pas...

Encore merci à vous deux.

Hors ligne

#56 Le 21-07-2021 à 11h27

Garde Obsidienne
Kikidamours
Bleusaille
Kikidamours
...
Messages: 142

Me voilà par ici avec une question qui je pense ne possède pas de bonne réponse mais dont vos réponses seront sans nul doute enrichissantes pour chacun !

Lorsque vous écrivez, comment vous assurez vous de la cohérence de votre récit sur le long terme et surtout, est-ce que parfois quand vous écrivez vous vous dites : "Là je vais trop loin, je peux pas écrire ça" soit parce que ça devient incohérent, soit parce que vous sortez du cadre prévu à votre histoire ?

Il m'est arrivé d'écrire avant de me dire qu'il y avait un truc qui clochait et de tout supprimer pour recommencer. Je me questionne sur ce phénomène, qu'est ce qui m'a fait dire que ça ne correspondait pas ?

Je rebondis au fond un peu sur le syndrome de la page blanche évoqué bien avant, moi j'ai une solution un peu différente de ce qui a été évoqué. En général quand j'écris et que je me sens bloquée, c'est que j'ai un problème de perspective sur mon histoire.

Du coup, j'écris la scène ou les événements en cours pas forcément en écho parfait (je peux changer de lieu ou écrire une scène en amont) mais du point de vue d'un autre personnage. Ça éclaire grandement ce qu'il se passe d'avoir plusieurs points de vue et ça m'aide à mieux comprendre les autres personnages accessoirement.

Parce qu'au fond, quand on écrit sur un univers fantastique, on peut élaborer 1000 hypothèses et tout justifier si on le fait bien. Mais du coup, comment savoir quand ça tient la route ou pas ? Je suis curieuse de savoir sur quoi vous vous appuyez x)

Sur ce, bonne journée !

Dernière modification par Kikidamours (Le 21-07-2021 à 22h14)

Hors ligne

#57 Le 22-07-2021 à 22h44

Garde Obsidienne
MaliceBerger
Fraîchement arrivée
MaliceBerger
...
Messages: 6

Bonjour à tous!

Personnellement, j'ai un petit problème que j'aimerais éclaircir. Mon personnage principal à un familier, mais je suis indécise du fait que ce soit un mâle ou une femelle. J'aimerais que vous m'aidiez en répondant à ces quelques petites questions.

Est-ce que vous aimeriez voir une femelle ou un mâle dans mon histoire? Et me dire pourquoi une femelle au lieu d'un mâle ou un mâle au lieu d'une femelle?

J'espère que vos réponses m'aideront à me décider, sur ce point que j'aimerais classer et clarifier. Merci de me répondre!

Je vous souhaite une bonne journée ou soirée!

Hors ligne

#58 Le 23-07-2021 à 00h41

Garde Absynthe
Kioku
Bleusaille
Kioku
...
Messages: 110

https://zupimages.net/up/20/47/hscr.png
https://zupimages.net/up/20/47/a1pj.png


Hello,

Un sujet très vaste et un peu compliqué à traiter que tu lances là, Kikidamours !

Alors, tout dépend du type d’incohérences dont on parle. Pour moi, ça peut se scinder en deux types : les incohérences de base, grosses comme un bateau (ça c’est grave) et les incohérences en lien avec le développement du scénario ou celui des personnages (un tout petit peu moins grave).

Pour discuter du premier type, les incohérences je nomme "grossières", je pense qu’il faut avant tout maîtriser son lore et prendre son temps dans l'écriture des chapitres. Tous les éléments doivent trouver leur place dans le récit et conserver leur logique.

Qu'entends-je donc par l'odieux terme "grossières" ?

Prenons des exemples :
Si on dit au début de l’histoire que la magie, c’est sacré et que n’importe quel péquenaud l’utilise dans la rue, bah c’est pas cohérent.
Ou si on dit que X ville est située à l’autre bout du monde et que les personnages y parviennent en trois jours, c’est pas cohérent non plus.
Ou si on dit que la nourriture d’un monde est strictement rationnée car on doit faire des raids pour en trouver, et que les personnages mangent des mille-feuilles ou des glaces tous les jours, bah c’est encore pas cohérent.
Et si on dit qu’un grand Cristal bleu est l'artéfact le plus sacré du monde alors que n’importe qui peut rentrer dans la pièce où il est gardé comme dans un moulin, c’est toujours pas cohérent. ( /static/img/forum/smilies/roll.png )

Bon, ça, ça reste quand même du bon sens et je ne pense pas que ce soit ton interrogation /static/img/forum/smilies/tongue.png

Je pense que – et ça c’est particulièrement vrai sur le forum où pour la plupart on écrit au fil de l’eau – il faut toujours prendre en compte ce qui a été décrit et dit dans les chapitres précédents, et voir si ça fonctionne. Réfléchir à chaque nouvelle information qu’on donne, se demander ce que le lecteur sait, et là il y a deux options :
– Soit on compose avec ce qui a déjà été écrit et on réfléchit à comment donner du sens à la nouvelle information ;
– Soit on revient en arrière et on modifie deux-trois trucs dans les chapitres d’avant (mais ça c’est pas une option très envisageable sur le forum).

L’option facile serait de revenir en arrière dans ces cas là, mais je pense qu’écrire sur le forum, au fur et à mesure, est un exercice très intéressant qui forme à s’adapter. J’ai personnellement imaginé plein de choses et enrichi mon récit sur la base d’infos pas toujours très cohérentes à l'origine, et ce parce que j'y étais obligée. Néanmoins parfois, on s’embourbe quand même dans des situations qui deviennent trop compliquées à gérer, et là, c’est bien de pouvoir compter sur la réécriture. /static/img/forum/smilies/smile.png

En ce qui concerne le deuxième type d’incohérences qui desservent la logique du scénario ou le développement des personnages, je ne vais pas prendre des exemples tirés du jeu qu’on connaît tous (^^) mais plutôt parler d’un film que j’ai vu il y a deux jours The Tomorrow War (avec bby Pratt).

Pas de spoiler en vue, c’est simplement le pitch. Voici l'affaire : des humains venus du futur sont en guerre contre les extraterrestres et viennent donc dans le passé 30 ans en arrière recruter leurs aïeux pour les envoyer eux-mêmes dans le futur et les aider à gagner cette guerre. Et, entre autres, il faudra élaborer sur place en situation de guerre un poison qui servira à exterminer les envahisseurs.

Je trouve cet exemple très intéressant, car il démontre à quel point c’est important de faire appel au bon sens attention non pas de soi, mais de ses personnages.

Rien que dans ce pitch, on a plusieurs choses qui coincent et qui mettent grandement en jeu la cohérence du récit :

→ Ici, on peut se demander pourquoi diable sacrifier des gens du passé pour une guerre qu’ils ne connaitront même pas, alors qu’on pourrait juste prévenir cette guerre et faire en sorte qu’elle n’arrive pas.
→ Idem pour élaborer le poison : pourquoi ne pas travailler dans les labos du passé, fort bien équipés, plutôt que se cacher dans les rares labos détruits et miteux du futur ?
→ QUI prend sérieusement ce genre de décisions ?

Là où je veux en venir, c'est qu'il faut que les actions des personnages aient du sens ou qu’elles soient motivées par quelque chose, sinon on se retrouve avec un récit creux et de mauvaises bases si comme ici, le couac arrive dès le début.
Et il faut à tout prix éviter de tomber dans la facilité de faire faire à son personnage quelque chose de profondément stupide dans le seul but de faire avancer l’histoire.
Ne prenons pas nos personnages pour des imbéciles (à moins qu'ils soient voués à l'être, bien sûr).

Maîtriser son univers et maîtriser ses personnages permet donc de se protéger d'une bonne partie des incohérences. Le reste, il n'y a rien d'autre à faire que de l'analyser. Et pour analyser, il faut se relire souvent. Ce n'est que par ce moyen qu'on pourra se rendre compte qu'on a pu faire une erreur à un moment ou un autre, passée inaperçue sur le coup.


Ensuite, tu as raison de dire que la fantasy offre une grande liberté pour expliquer certaines choses. Cependant, tout n’est pas possible non plus (surtout au sein d’un même récit).
Typiquement, ce qui est passible de créer des soucis de cohérence : c’est la prophétie. J’ai beaucoup de mal avec ce concept, surtout parce que ça pousse certains auteurs à l’utiliser à tort et à travers, et à l’utiliser parfois au dernier moment pour justifier une action d’un personnage. À mes yeux, c’est à la limite de l’incohérence.

Après ce qui est très compliqué à gérer en fantasy, c’est la magie. Il faut essayer d’instaurer certaines règles à son univers, au risque de se retrouver avec des personnages tout-puissants (voire ridicules), et d’avoir des problèmes de cohérence, et ce n’est pas toujours facile...

Pour finir, j’ai un peu plus de mal à comprendre ce que tu veux dire par "aller trop loin". Si c’est bien ce que je pense, peut-être que tu peux essayer d’imaginer si ton histoire était un roman : est-ce que le passage en question ne serait pas superflu ? Est-ce que ça n’augmenterait pas le nombre de pages pour pas grand-chose ? Est-ce qu’il se passe quelque chose de fondamentalement important qui ne peut pas être expliqué en moins de mots ?

Voilà, je laisse le soin aux autres de rebondir sur mes propos et même de les compléter parce que omg les argumentaires, ce n’est plus trop mon truc.

En espérant que cela aura aidé ou donné quelques pistes !

A peluche.

Dernière modification par Kioku (Le 23-07-2021 à 00h47)


https://zupimages.net/up/22/34/sdln.gif

Hors ligne

#59 Le 24-07-2021 à 16h28

Garde Ombre
Caprix
Bleusaille
Caprix
...
Messages: 136

Coucou !

Le vent me porte parmi vous pour une pause cookies. *w*

Kikidamours : Je vais pas revenir sur les incohérences grosses comme des maisons parce que comme l'a si bien dit Kioku s'il y en a c'est que l'histoire n'a pas de base (FONDATIIIIION) et que tu as déjà passé ce cape. Du coup, partons joyeusement dans l'incohérence "mon histoire a pris son envol" et l'incohérence "maman j'avais pas prévu ça!".

Le cas "mon histoire a pris son envol" aka on écrit et on arrive pas à tourner l'histoire dans le sens qu'on veut pour aller là où on veut comme on veut. Ben là j'ai envie de dire, il faut pas forcer. Si on voit que ce qu'on écrit n'est pas cohérent avec le personnage ou la situation il faut se laisser porter par cette nouvel direction, ce nouveau cadre.
Je ne sais pas si dans ce cas-là on a quelque chose en particulier qui fait dire que ça va pas, j'aurais tendance à penser que c'est une impression générale qui vient du fait qu'au bout d'un moment on connait ses personnages, son univers. Dans le cas des personnages, à force de les connaître, on finit par savoir que X ne ferait pas telle chose ou telle autre même si on le veut très fort parce que ça ne lui correspond pas.

Le cas "maman j'avais pas prévu ça!" aka on écrit et se présente une situation qu'on avait pas envisagé et grâce à laquelle on tombe sur un trou béant dans l'univers qu'il faut absolument combler sinon tout va se casser la gueule. Là, c'est le jeu bichette, il faut respecter les règles de son univers et ce qu'on a écrit avant, quitte à se poser un moment. Je dirais que c'est la part de liberté qu'on se garde en tant qu'auteur et qui permet de ne pas être enfermer dans un carcan trop rigide. Et si vraiment on coince, eh ben peut-être que la règle était pas cohérente et qu'il faut la changer ou la modifier et dans ce cas si ça nécessite de retoucher ce qu'on a écrit tant pis, c'est aussi le jeu. ^-^

Personnellement je n'ai pas encore été confronté à ce sujet vu que je me pose pleins de questions avant. Et bien sûr, pouvoir tester ses hypothèses et en discuter avec d'autres (<3) est aussi très précieux parce qu'on a pas tous la même vision, ça permet de tester la solidité de la théorie et de voir certaines failles toute suite. Ce qui évite de se faire des nœuds au cerveau après ! x)

Je pense que l'échange de manière général aide à savoir si ça tient la route de même que la lecture de ce qu'on a écrit d'une traite (j'avais commencé une histoire que j'écrivais par "période" et à chaque fois que je m'y remettais je relisais pour me remettre dans le bain). Bref, il faut pas hésitez à vérifier ou à se garder un résumé sous le coude si on pense en avoir besoin. /static/img/forum/smilies/smile.png

Pour ce qui est de faire ce qu'on veut dans l'univers fantastique et de pouvoir y faire ce qu'on veut, oui et non. On fait ce qu'on veut du moment que c'est vraisemblable/cohérent pour le lecteur, sinon il ne va pas accrocher. Pour avoir de la cohérence il faut des fondations solides, pour des fondations solides, il faut se creuser la cervelle pour expliquer le pourquoi du comment, c'est la maîtrise de l'univers comme dit Kioku. De ce point de vu, je trouve que l'univers animal est une source inépuisable de réponse et de possible. Et ensuite à partir de là: freedom ! \o/ En fait, on prend un truc qui existe en référence parce que ça nous parle et c'est ensuite que l'imagination donne toute sa mesure je pense (que ce soit par opposition à ce qui existe, en mélangeant tout ou en reprenant très pour trait ^^).
Dans mon cas, la magie ça n'existe pas par exemple, ma base c'est l'alchimie, dessus je vais greffer des formules en leur donnant des règles et explications mais si on enlève tout ça il reste l'alchimie soit une étude des réactions chimiques, des éléments, etc. bref un raisonnement très scientifique. x)

MaliceBerger: Bienvenue parmi nous ! \o/ Tu poses une question bien précise, dit donc ! Je dirais même que c'est tellement précis que pour y répondre tu es la mieux placée ! :3 C'est ton histoire après tout ! As-tu envie que ce familier soit un mâle ou une femelle ? Est-ce que ça a une influence ensuite sur ton histoire ou pas trop ? Vraiment, c'est à toi de choisir selon ton envie, tu as les coudées franche alors profite en, faites-toi plaisir ! (Et si tu n'arrives pas à te décider, laisse faire le hasard en tirant au sort ! XD)

Et sur ce, je vous tire ma révérence et vous souhaite une journée des plus inspirantes, petites plumes !


« Les plus jolies choses du monde ne sont que des ombres. » Charles Dickens
https://i.goopics.net/nQ9d1.gif

Hors ligne

#60 Le 27-01-2022 à 13h16

Garde Absynthe
Kioku
Bleusaille
Kioku
...
Messages: 110

https://zupimages.net/up/20/47/hscr.png
https://zupimages.net/up/20/47/a1pj.png

Bonjour à tous et à toutes,

Je me permets de venir dépoussiérer le salon de thé, en espérant recevoir quelques réponses à mes questions parmi les auteur(e)s en herbe !

Alors voilà, un sujet classique en substance mais que j'aimerais approfondir un peu, à savoir : l’amélioration de l’écriture.

Pour dire quelques mots, je n’ai pas fait d’études ni de filière littéraires malgré mon intérêt prononcé pour la langue française depuis l’enfance. J’écris des petites choses et d’autres depuis longtemps mais avec l’âge est venue une réelle volonté de progresser dans la matière (le forum n'y étant pas pour rien non plus car certain(e)s m'ont éblouie ! ). Cela fait maintenant deux ans que j’ai une vraie démarche de lecture active et que, sur mon temps libre, je multiplie les genres de romans ainsi que les auteurs dans ma bibliothèque pour à la fois comparer la diversité de leurs plumes et décortiquer les procédés de narration.

Ce travail m’a beaucoup permis de progresser et ne cessera jamais de le faire, je n’en doute pas, mais aujourd’hui je crois toutefois que l’étude en audodidacte présente des limites et que, par-dessus tout, elle fait perdre beaucoup de temps.

Dans toutes les disciplines, il y a quand même une certaine base à avoir pour maîtriser son sujet. C’est par l’exemple le cas du dessin ou de la peinture. J’avais une amie extrêmement douée en dessin mais qui a fait des progrès exponentiels dès le moment où elle a pris des cours. Pendant très longtemps j’ai pensé à tort que l’écriture était une discipline à part, plus "intuitive" en quelque sorte et que des cours sur le sujet seraient de la poudre de perlimpinpin, mais au final elle ne doit pas déroger à cette règle.

J’aimerais donc acquérir ces bases en écriture.

J’ai vu sur internet qu’il existe des stages d’écriture. Honnêtement ils ont l’air de qualité (les outils avancés de narration littéraire, apprendre à raconter des histoires puissantes, etc....) mais le truc, c’est que ce sont des stages qui s’étalent sur plusieurs jours et je suis moyennement motivée à poser une semaine de congés et à débourser mon argent pour une formation dont je ne sais pas à quoi m’attendre. ^^ Mais si ça en vaut la peine, je sauterai le pas !

En ce qui concerne les clubs d’écriture où chacun doit produire quelque chose et le mettre en commun toutes les X semaines, ça ne me tente pas beaucoup. Ce serait super chronophage et ça empièterait sur les projets personnels… Et puis ce serait un apprentissage uniquement sur l’échange, je suppose ?

Donc mes questions sont les suivantes :

– Avez-vous déjà participé à un stage d’écriture ? Cela vous a-t-il servi ? Que s’y passe-t-il concrètement ?
– Connaissez-vous des livres pertinents qui donnent des outils à l’écrivain ?
– Des vidéos youtube, des interventions/conférences d’écrivains connus ?
– D’autres types de moyens que je n’ai pas évoqués ?

Un grand merci à quiconque lira cette demande et voudra bien me partager l'expérience de sa passion !

Bonne journée,

Kioku



https://zupimages.net/up/20/47/a1pj.png
https://zupimages.net/up/20/47/13vu.png


https://zupimages.net/up/22/34/sdln.gif

Hors ligne

#61 Le 29-01-2022 à 17h03

Garde Ombre
Caprix
Bleusaille
Caprix
...
Messages: 136

https://zupimages.net/up/17/39/f4x8.jpg
https://zupimages.net/up/17/39/7m9u.jpg
Hello !

Quel magnifique sujet que voilà, je ne crois pas qu'on en ait encore causé sous cet angle. *prépare le thé et les petits fours*. Je ne sais pas si je vais beaucoup aider mais je vais quand même mettre mon grain de sel dans l'histoire. ^-^

Et pour répondre toute suite à l'une de tes questions, de mon côté non jamais de stage d'écriture. Oui je sais ça envoie beaucoup d'autres questions dans le néant.

Ta comparaison avec le dessin est très intéressante et je trouve que ça amène une question fondamentale : c'est quoi la base de l'écriture ? Je trouve qu'on peut y mettre plein de choses à titre personnel mais j'ai peut-être une vision biaisé de "non-professionnel". ^-^
Si on continue la comparaison sur le dessin : c'est quoi la part de talent (oh fioute X dessine trop bien t'as vu ces couleurs) et c'est quoi la part de méthode/de technique (Anh cette parfaite maîtrise des perspectives !) du point de vu de l'écriture ? Et partant de là qu'est-ce que tu veux améliorer dans ton écriture le côté "talent" ou le côté "méthode" ?

Pour moi ce qu'on appelle le "style" c'est la partie "talent" (exemple le gars qui te compose des vers comme d'autres vont acheter une baguette) alors que la partie méthode c'est toute la grammaire, l'orthographe ("fin la base quoi). Voyons donc.

Comment améliorer le style ?
Déjà peut-on vraiment dire que ça s'améliore ? J'aurais tendance à dire qu'il s'affine, qu'on le trouve. Et pour ça ben 'faut écrire, 'faut lire. Côté lecture tu me sembles avoir fait le tour reste la pratique. Là je dirais que le meilleur moyen c'est de s'entrainer sur des textes courts en se donnant une petite règle. Par exemple, imaginons tu as tendance à avoir besoin de bien décrire ton personnage, à l'introduire auprès de ton lecteur et tu voudrais changer ça pour faire comme Agatha Christie et planter ton personnage directement comme si le lecteur le connaissait depuis longtemps. Et tu vois si tu y arrives ou non, comme un exercice mais en ne t'imposant qu'une condition de manière à ne pas non plus te sentir frustrée.
Ensuite, plus tu vas écrire plus tu vas savoir ce que tu préfères faire et polir cette façon de faire.

Ensuite comment améliorer la grammaire, l'orthographe, la conjugaison, etc. ?
Bon ben là c'est la base de la base j'ai envie de dire. Et pareil c'est l'entrainement : relire son texte pour traquer la moindre erreur, vérifier dans un Becherel ou un dico quand on a un doute,  prendre une bêta si on en a besoin pour avoir un oeil neuf. Traquer les répétitions aussi en ayant toujours un dico des synonymes à porter de main, ça permet d'étendre le vocabulaire et automatiquement ça enrichi le texte.
Ensuite en creusant un peu, on a aussi toute l'utilisation des figures de styles qui peuvent permettre d'améliorer la qualité du texte tout en imprimant sa propre patte. Et j'ai envie de dire qu'il faut d'abord les connaître. Et pour retourner sur les bancs de la classe, rien de mieux qu'un bon livre de français je pense. Ensuite une fois qu'on les connait y'a plus qu'à les essayer. ^-^

Ensuite, plus généralement si tu te places du point de vu de l'écrivain qui écrit son roman, quelques petits choses me viennent à l'esprit en vrac :
- les retours sur ce qu'on écrit sont importants ça permet d'avoir un point de vu extérieur et donc un avis avec du recul qui peut voir des choses qu'on a pas noté forcément de nous-même, l'échange aide à changer de point de vu et à cogiter. N'ayant jamais participer à des clubs d'écriture je n'ai pas trop d'avis sur la question même si effectivement j'imagine que ça demande un certain investissement. Sans aller jusque là, je dirais que le plus important c'est de trouver un interlocuteur adapté à nos besoins tout simplement, qualité avant tout, s'il y a en a plus c'est cool sinon tant pis !
- au risque de dire une évidence : pour s'améliorer il faut s'entrainer à écrire. Et pour ça il faut une certaine régularité. C'est une chose que je trouve particulièrement difficile à faire en ce moment : réussir à se dégager du temps pour écrire (ou au moins être concentrée) sans que cela ne devienne un poids ! XD
- Pour ce qui est de la façon de structurer son histoire, il y a des sites internet qui donnent des conseils, qui balaye les points d'attention (http://ecrire-un-roman.com/ par exemple, dans la partie "boite à outil" j'avais trouvé des articles intéressants). Et sinon pour structurer son histoire il faut la connaître/savoir où on va. Et là c'est mon amour des plans qui va parler mais voilà : faire des plans de son histoire, des fiches, des recherches pour maîtriser les sujets qu'on aborde (histoire de pas se retrouver avec des téléphones portables au temps de Louis XIV ! XD)

Bref, si je devais résumé je dirais que pour s'améliorer en écriture il faut écrire et échanger !

Voili, voilou, au final je ne sais pas si j'ai vraiment réussi à éclairer ta lanterne mais j'espère avoir au moins donner quelques pistes utiles !
('faut vraiment que j'arrête de partir en pavé à chaque réponse que je fais, pardon...!>.<)

https://zupimages.net/up/17/39/7m9u.jpg
« Il devrait se munir d’un copyright, le hasard ; il en ferait des sous avec toutes ces coïncidences. » – Jean Dion
https://zupimages.net/up/18/02/15hx.jpg


« Les plus jolies choses du monde ne sont que des ombres. » Charles Dickens
https://i.goopics.net/nQ9d1.gif

Hors ligne

#62 Le 29-01-2022 à 18h54

Garde Absynthe
Kioku
Bleusaille
Kioku
...
Messages: 110

https://zupimages.net/up/20/47/hscr.png
https://zupimages.net/up/20/47/a1pj.png

Coucou Caprix !

Merci pour ta réponse qui donne en effet quelques pistes, et notamment l’idée du défi des petits textes où on changerait radicalement la méthode de narration ! C’est tout bête mais je ne m’étais jamais forcée à faire ça alors que ça pourrait être super intéressant /static/img/forum/smilies/yikes.png

Pour le reste tu mentionnes essentiellement le fait d’écrire et lire beaucoup, et échanger, mais justement c’est la problématique de ce post, j’ai le sentiment que ça ne suffit pas et qu’il faut peut-être plus. Je vois un peu les sites internet dont tu parles mais ce n’est pas vraiment ça… Ils ne donnent que des conseils d’ordre général sur comment structurer une histoire (intro, péripéties, résolution), qu’est-ce qui fait un bon personnage, un bon univers...

Mon questionnement se porte davantage sur la méthode pure et dure et je vais le développer ci après.

Alors moi non plus là comme ça, je ne sais pas exactement quelles clés pourraient donner un cours d’écriture mais je me dis que ce n’est pas parce que je ne parviens pas à l’imaginer que ça n’existe pas. J’aime bien en effet faire l’analogie avec la peinture justement parce que les plus grands peintres qui se sont démarqués ont fait une école somme toute classique avant de créer leurs propres styles (Picasso est un des exemples les plus frappants !). Mais c’est pareil pour le chant : même la voix la plus douée a besoin d’être cadrée par un professionnel pour s’épanouir ; la cuisine, le sport...

Donc oui, comment transpose-t-on ces techniques dans le monde de l’écriture et qu’est-ce que la base après ? Je ne sais pas trop honnêtement.

Est-ce que les grands auteurs au final ont suivi des formations d’un mentor pour maîtriser leur sujet avant de se plonger dans de plus grandes œuvres ? Ou bien ce n’étaient que des auto-didactes qui sont parvenus à sortir du lot parce qu’ils étaient doués ? Est-ce que l’écriture est la seule discipline où on peut se démarquer en arrivant comme une fleur, nu de toute formation, simplement par le fait de son talent ? (Ce ne sont pas des questions rhétoriques hein je n’ai pas les réponses à tout ça, donc si quelqu’un peut m’éclairer ^^)

Pour illustrer ce que je veux dire par cette « base » en écriture, récemment j’ai lu un roman d’une auteure américaine connue qui était pas mal critiqué pour avoir, je cite « abusé des procédés cinématographiques ». C’est-à-dire qu’il y avait plein de scènes dans le livre qui avaient comme une perspective de cinéma. Il y avait une façon de raconter par laquelle on se croyait exactement dans un film (un film d’action en l’occurence), par des plans spécifiques, un vocabulaire adapté…

Et là en lisant les critiques, je me suis dit : qu’est-ce que l’écriture cinématographique ? Je ne savais pas qu’il y avait un terme pour désigner ça. Et au final je suis tombée sur quelques petites choses par ici et par là sur le net ; c’est un genre de style. Et donc la question m’est venue : quels sont les autres procédés d’écriture ? S’il y a une manière d’écrire où on aborde une perspective cinématographique – technique connue par certains visiblement –, qu’existe-t-il d’autre ?

Et ce serait hyper intéressant d’apprendre, d’étudier ces différentes manières qu’il y a de raconter une histoire. Ne serait-ce que pour savoir que ça existe, comprendre les mécanismes qui font que ça oui ça marche, et ça non ça ne marche pas. Ça veut pas dire qu’il faut en faire un copier/coller mais s’en inspirer pour forger son propre style.

Alors bien sûr, mes lectures m’ont permis de comprendre qu’il y a diverses façons de raconter une histoire, mais les catégoriser en grandes classes, mettre des mots dessus, dérouler le procédé, d’un coup ça rendrait le tout plus limpide. Encore une fois je prends l’exemple de l’écriture cinématographique qui m’a fait profondément me remettre en question sur ce que je savais de ce vaste monde qu’est la littérature.

J’ai bien conscience que tout ça peut paraître un peu abstrait et sans doute hors du cadre loisir qu’est le forum mais au final c’est surtout pour faire ressortir un questionnement : est-ce que l’écriture est un travail qu’on peut vraiment perfectionner seul (même agrémenté des retours d’un lectorat) ou n’y aurait-il pas un intérêt à se nourrir d'une transmission didactique ?

Allez bon week-end et encore merci à quiconque voudra rebondir sur ça !
En espérant ne pas avoir tué tous les cerveaux



https://zupimages.net/up/20/47/a1pj.png
https://zupimages.net/up/20/47/13vu.png

Dernière modification par Kioku (Le 29-01-2022 à 19h02)


https://zupimages.net/up/22/34/sdln.gif

Hors ligne

#63 Le 11-02-2022 à 09h11

Garde Absynthe
Vanilumi
Jeune recrue
Vanilumi
...
Messages: 21

Bonjour à tous et à toutes !

Je viens me perdre dans le salon de thé parce que j'ai quelques petites questions personnelles qui me taraudent.

Voilà, je me suis enfin décidée à commencer une "petite" (je sens qu'elle va faire 100 pages si je m'acharne, comme d'hab' XD) fanfiction autour d'Eldarya. La question que je me pose, c'est au niveau des tags (qui m'embêtent un peu pour être honnête).

Je vous explique : la fanfiction en elle-même est un reboot complet du jeu en partant de TO (et en arrivant à NE si je parviens à y jouer avant le siècle prochain :')), en gommant tout ce qui ne va pas et en mettant une bonne grosse dose de cohérence là-dedans, ce qui passe par la refonte complète des épisodes (genre, l'épisode 13 par exemple, mais pas que) tout en rendant les événements plus "naturels" aussi (exit la nourriture "non nutritive" et les portails "c'est trop compliqué de les utiliser et coûteux en plus", pour citer un autre petit exemple).

Après, au niveau de l'histoire même, ma gardienne IG essaie d'attraper le cœur de Nevra (et un personnage OOC essaiera de ravir celui d'Ezarel de son côté, même s'il y aura sûrement d'autres OOC dans le tas pour "compléter" la garde et/ou trame narrative au besoin), même si ce ne sera pas non plus 100% centré dessus. Ma question est donc, dans l'optique où je publierais un jour cette fanfic sur le forum (quand elle sera à un stade plus avancé) : dois-je taguer [Nevra] ? [Nevra][Ezarel] ? [Autre] ? Inventer un nouveau tag ? Je suis paumée ^^

C'est encore à l'état de projet (il n'y a que le prologue de fait et il fait 3 pages word quasi complètes), mais les idées fusent et j'aimerais bien être fixée pour ne pas me sentir bloquée ^.^

Merci d'avance pour l'aiguillage !

Pour tes questions, @Kioku, je vais essayer de te répondre en tant qu'écrivain amateure (et là, je parle en général) : pour développer son style d'écriture, rien de tel que l'expérience et l'expérimentation. L'expérience par la lecture de romans divers jusqu'à trouver ton/tes auteur(s) "mentor" (des auteurs qui vont tellement t'enthousiasmer que tu vas essayer de reproduire leur style), de les imiter, puis peu à peu de développer ton propre style, tes propres tournures et ainsi de suite. C'est comme ça que vient le style (un peu comme pour tout finalement : l'image qui me vient en tête, c'est le petit garçon qui apprend à se raser en regardant papa faire et en l'imitant, pareil pour la petite fille qui se maquille en imitant sa maman, etc.). Donc oui, il y a une certaine "transmission didactique" indirecte lorsque tu lis et que tu cherches à reproduire ce que tu as apprécié /static/img/forum/smilies/wink.png

Ce qui peut aussi aider, ce sont les blogs/sites d'auteurs qui expliquent aussi ce qu'il faut faire/ne pas faire et qui te donnent quelques conseils d'écriture (je pense à L'Escrogriffe qui donne de bons conseils, exemples à l'appui, mais il y en a d'autres). Même si le meilleur conseil reste l'expérimentation... et aussi la critique.

La critique est une part essentielle : demander son avis à quelqu'un d'éclairé qui pourra te dire ce qui fonctionne et ne fonctionne pas et pourquoi, s'il y a une erreur ici ou là, c'est vraiment très précieux, car ça t'aide énormément à avancer. Si je prends mon cas, j'ai un ami qui me bêta-lis depuis bien 2-3 ans maintenant. Il a un esprit analytique très pointu et méticuleux (très scientifique, très carré) : il décortique et analyse tout, même les tout petits détails. La qualité de mon écriture et mon style ont fait un bond gigantesque en 2-3 ans par rapport à mes débuts et c'est quelque chose dont je me sens particulièrement fière (merci à lui) /static/img/forum/smilies/smile.png


Absynthe un jour, Absynthe toujours !

Hors ligne

#64 Le 12-02-2022 à 02h01

Garde Obsidienne
Kikidamours
Bleusaille
Kikidamours
...
Messages: 142

Bien le bonjour !

Me voilà comme un cheveu sur la soupe pour un passage express et allez savoir quand je reviendrais mais me voilà très intéressée par ce sujet posé par Kioku !

Voici les quelques précisions qui me viennent à l'esprit de mon côté !

---

Je rebondis immédiatement sur les exercices de style dont parlait Caprix. Je m'impose régulièrement ce genre d'exercice afin de trouver ce qui me plaît dans l'écriture et aussi pour sortir de ma zone de confort. Il peut s'agir d'employer un temps spécifique, la première ou la troisième personne en terme de narration, s'imposer un thème, un narrateur unique ou plusieurs...

Je pense que vous voyez le genre !

Je pense que c'est important d'expérimenter diverses choses, pour pouvoir compléter notre "arsenal" d'écriture. C'est à dire que si pour votre histoire principale vous n'arrivez pas à atteindre ce que vous cherchez, pour exemple je prends l'idée d'un combat chorégraphié. Parfois, prendre une pause et se lancer dans une scénette avec des personnages créés sur l'instant pour un moment d’anthologie qui n'aura ni début ni fin, ça peut permettre de débloquer quelque chose. L'idée n'est pas de créer un nouveau monde mais de faire une "esquisse" pour reprendre les termes du dessins qui servira le "chef d’œuvre" qu'aspire à être votre histoire :p

L'idée de se lancer des défis précis nous force à stimuler notre imagination, créer une personne âgée pour une histoire nous fera penser à des détails inhabituels (fatigabilité, temps de sommeil moyen plus court, expérience poussée dans un domaine, etc.) et nous amène à développer davantage de cohérence car après avoir créé et réfléchit ce personnage, même pour les persos secondaires créés plus tard, on aura déjà des clés en main.

Je pense que vous aviez déjà appréhendé les avantages des exercices de style mais j'espère qu'avec quelques exemples peut-être que ça vous fera penser à d'autres trucs :p

---

Je rebondis maintenant sur les clubs de lecture/écriture.

Au lycée j'ai fait partie d'un club de lecture alors je peux donner quelques clés sur ce qu'on y fait même si je pense qu'il y a peut-être des endroits plus professionnels, là ça restait bon enfant mais c'était intéressant !

On reprend des concepts de base et on approfondit par exemple le schéma narratif/actanciel (création de péripéties, dénouement, etc.). On y fait des études de texte avec des lectures communes et des critiques sur les figures de style utilisées, qu'est-ce qu'elles apportent au texte ? Pourquoi tel moment est émouvant ? Qu'est-ce qui aurait pu améliorer tel ou tel passage ?

C'est une étude presque scientifique de l'écriture, on regarde ce que tel temps employé véhicule, le passé pour la nostalgie, l'action pour le présent... (Bon je schématise beaucoup mais c'est l'idée !).

L'idée c'est de comprendre qu'est-ce qui nous amène à aimer/détester un passage, qu'est-ce qui suscite l'émotion.

Et ensuite vient la pratique, reprendre le style d'un auteur en empruntant l'élément souhaité ce qui rejoint le premier point abordé des expérimentations.

Il est vrai que seul on peut faire ces expérimentations et apprendre mais l'intérêt des clubs de lecture, c'est d'avoir des points de vue extérieurs facilement.

Tous les clubs n'imposent pas une rigueur stricte certains se contentent d'offrir un espace d'écriture et d'échange par exemple. A voir ce qui existe aux alentours car chaque endroit propose sa méthode en général.

---

J'en viens à ton questionnement :

Est-ce que l’écriture est un travail qu’on peut vraiment perfectionner seul (même agrémenté des retours d’un lectorat) ou n’y aurait-il pas un intérêt à se nourrir d'une transmission didactique ?

Oui, on peut apprendre seul. On peut expérimenter milles choses et grandir dans son style d'écriture. Penser à de nouvelles choses chaque jour. Peut-être est-ce là que le talent intervient, je pense qu'un auteur précis et qui se remet en question et se réinvente peut se nourrir de ses interactions et de sa vie de tous les jours sans avoir à intégrer un club de lecture. Après au fond, quand est-on vraiment seul ? On a toujours des choses qui nous arrivent et changent notre perception du monde, des événements et je suis intimement convaincue que nos expériences nourrissent notre écriture plus que n'importe quel exercice de style ^^

Après on ne peut nier que quand on nous aiguille, on avance souvent plus vite. Confronter les points de vue aide à passer des caps difficiles.

Il existe toujours de l'intérêt à échanger et confronter son style à celui d'autres. Pour autant, il n'est pas essentiel de le faire en club mais si l'endroit vous sied alors il ne peut être que bénéfique pour vous.

Je pense cela dit que si tu exprimes cette sensation de blocage dans ton avancement, c'est que tu as besoin de renouveau. Donc oui, il faut que tu passes un cap et que tu t'apportes un peu de peps ! Mais le club n'est pas la seule solution, à toi de choisir ce dont tu as besoin en lien avec tes envies et possibilités ^^

---

Pour ce qui est de ton interrogation Vanilumi, je pense que la réponse n'est pas si complexe !

Si ton héroïne courtise Nevra je pense qu'il doit apparaître dans les tags car il sera sans doute au premier plan de ton histoire, si le personnage qui courtise Ezarel partage la place d'héroïne ou que l'elfe apparaît de manière récurrente j'imagine que oui tu peux le tager aussi.

Après les tags ne sont qu'indicatifs pour montrer aux lecteurs que tel ou tel personnage sera au centre de l'histoire (pas forcément au centre d'une romance), ça ne doit pas te bloquer pour écrire car ce n'est qu'un point de détail ^^

---

Voilà pour mon petit passage en espérant avoir pu aider un peu !

Sur ce je retourne me coucher car j'étais censée dormir vu que je me lève à 6 heures demain mais chuuuuut x'D

Hors ligne

#65 Le 12-02-2022 à 16h47

Garde Ombre
Caprix
Bleusaille
Caprix
...
Messages: 136

https://zupimages.net/up/17/39/f4x8.jpg
https://zupimages.net/up/17/39/7m9u.jpg
Bonjour, bonjour !
(oui, je reviens avec 6 plombs de retard mais vous savez ce que c'est les amis, la famille, le chat,... /SBAFF/)

Kioku : Contente d'avoir pu te donner des pistes intéressantes ! \o/ Et rassure-toi mon cerveau ne surchauffe pas encore, il aime bien tes questions rhétoriques ! /static/img/forum/smilies/big_smile.png En plus j'apprends des choses, moi non plus je connaissais pas le nom de style "cinématographique". Du coup, vu comme ça effectivement ça pourrait être intéressant d'avoir un vrai cours sur ces notions, ça permettrait de connaître les différentes possibilités qui existent. Mais par contre je pense pas que ce soit quelque choses que tu puisses retrouver automatiquement dans les cours d'écriture. Je veux dire, dans ces cours j'imagine que c'est plus général au niveau des questions abordées, du genre apprendre à construire son récit, etc. Mais si c'est ce qui t'intéresse le plus le plus simple ce serait peut-être de demander à l'organisateur du cours quels sont tes besoins/ce que tu veux approfondir et il te dira s'il le fait ou pas. Parce qu'au final tu me sembles quand même bien cerner avec quoi tu veux compléter ta pratique. ^-^

Vanilumi : Bienvenue parmi nous très chère. Et quelle merveilleuse idée que d'écrire une histoire avec des fondations et une logique ! <3 (ok j'arrête de répandre mon sel...*tousse, tousse*. Très curieuse de voir ce que ça donnera ! Et puis oui, les histoires on sait comment ça commence jamais quand ça fini (non je ne pense pas du tout à mes OS dont la longueur fini par tripler inexplicablement). Enfin, bref, j'arrête de m'éparpiller. Pour répondre à ta question, je dirais comme Kiki que le mieux c'est de ne pas trop se prendre la tête. C'est quelque chose qui finira par découler de ton histoire je pense. Ceci dit si Nevra et ton héroïne sont au centre de ton histoire il me semble que les tags [Nevra] et [Autre] s'adaptent bien. /static/img/forum/smilies/smile.png Et par contre les tags sont réglementés donc tu ne pourras pas en "inventer", seulement utiliser ceux qui sont proposés dans les règles de la section. ^-^

Kiki : J'aime beaucoup tes explications sur les clubs de lecture, ça donne envie de faire de la dissection de bouquins ! XD

Sur ce, je vous abandonne et que l'inspiration soit avec vous ! \o/

https://zupimages.net/up/17/39/7m9u.jpg
« Il devrait se munir d’un copyright, le hasard ; il en ferait des sous avec toutes ces coïncidences. » – Jean Dion
https://zupimages.net/up/18/02/15hx.jpg


« Les plus jolies choses du monde ne sont que des ombres. » Charles Dickens
https://i.goopics.net/nQ9d1.gif

Hors ligne

#66 Le 13-02-2022 à 14h10

Garde Absynthe
Vanilumi
Jeune recrue
Vanilumi
...
Messages: 21

Merci pour l'accueil, moi qui débarque déjà avec mes gros sabots en plus /static/img/forum/smilies/big_smile.png

Kikidamours a écrit :

Pour ce qui est de ton interrogation Vanilumi, je pense que la réponse n'est pas si complexe !

Si ton héroïne courtise Nevra je pense qu'il doit apparaître dans les tags car il sera sans doute au premier plan de ton histoire, si le personnage qui courtise Ezarel partage la place d'héroïne ou que l'elfe apparaît de manière récurrente j'imagine que oui tu peux le tager aussi.

Après les tags ne sont qu'indicatifs pour montrer aux lecteurs que tel ou tel personnage sera au centre de l'histoire (pas forcément au centre d'une romance), ça ne doit pas te bloquer pour écrire car ce n'est qu'un point de détail ^^


Disons qu'il sera au premier plan sans l'être, du moins au tout début, vu que je réserve surtout la place aux deux héroïnes potentielles, mais du coup, je le/les mettrai en tag sans trop me prendre la tête, c'est encore mieux XD

Caprix a écrit :

Bienvenue parmi nous très chère. Et quelle merveilleuse idée que d'écrire une histoire avec des fondations et une logique ! <3 (ok j'arrête de répandre mon sel...*tousse, tousse*. Très curieuse de voir ce que ça donnera ! Et puis oui, les histoires on sait comment ça commence jamais quand ça fini (non je ne pense pas du tout à mes OS dont la longueur fini par tripler inexplicablement). Enfin, bref, j'arrête de m'éparpiller. Pour répondre à ta question, je dirais comme Kiki que le mieux c'est de ne pas trop se prendre la tête. C'est quelque chose qui finira par découler de ton histoire je pense. Ceci dit si Nevra et ton héroïne sont au centre de ton histoire il me semble que les tags [Nevra] et [Autre] s'adaptent bien. /static/img/forum/smilies/smile.png Et par contre les tags sont réglementés donc tu ne pourras pas en "inventer", seulement utiliser ceux qui sont proposés dans les règles de la section. ^-^


T'en fais pas, Caprix, t'en fais pas, je partage aussi ton sel XD d'où cette idée de réécriture, d'ailleurs. D'accord pour les tags, du coup, on va jongler sur du [Nevra][Ezarel][Autre] potentiellement alors ^.^

Toi aussi, tu as des OS qui ont tendance à tripler de manière complètement pas prévue ? XD Mon dernier OS... qui devait durer 15 pages, grosso merdo, a fini en roman... de 192 pages word /static/img/forum/smilies/lol.png Pour le coup, c'est pas sur Eldarya, me reste plus qu'à le relire et à espérer être publiée un jour (on croise très très fort les doigts).

~~~


En vrai, @Kikidamours, je pense que j'aurais adoré faire partie d'un club de lecture (y avait pas de clubs dans ma jeunesse à l'école, c'est ballot). J'adore tellement l'analyse et la critique de texte actuellement (même quand je lis "pour du plaisir", je ne peux pas m'empêcher d'analyser, le cerveau tourne à 200 à l'heure XD).

Sinon, je pense tout de même que quand on écrit, on n'est jamais vraiment tout seul. Il y a toujours un moment où on va partager son texte avec quelqu'un (des amis, des connaissances, la famille,...) qui pourra nous donner un avis éclairé dessus, poser des questions inattendues ou des pistes à explorer et hop ! on s'engouffre dedans, ça nous fait réfléchir et on se met à adapter des trucs. Ça a été le cas pour Tolkien (qui se réunissait régulièrement dans un café avec des amis écrivains pour avancer mutuellement sur leurs textes respectifs), Stephen King (qui demandait son avis à sa femme sur les intrigues, etc.) et il y en a sûrement d'autres dont je ne connais pas les noms (moi et les trucs people, ça fait 25 /static/img/forum/smilies/lol.png ).

Quelque part... c'est rassurant de ne pas être complètement tout seul. Si je prends mon cas, j'ai le besoin viscéral de partager, de discuter de mes doutes dans un récit, de mes réflexions (qui me bloquent parfois parce que je réfléchis trop), de mes recherches, qu'on m'emmène sur des trucs que j'ai pas explorés (genre bête exemple : dans le cas d'un personnage avec des pouvoirs magiques, comment il gère sa lessive au quotidien tout en restant écologique ? Et la plomberie, en quoi elle est faite vu qu'il est allergique au fer ?). Mais bon après, je suis un peu fofolle, j'ai les idées qui partent toujours dans tous les sens alors ça m'aide bien d'avoir quelqu'un pour m'épauler et me recadrer au besoin ^.^


Absynthe un jour, Absynthe toujours !

Hors ligne

#67 Le 16-02-2022 à 14h15

Garde Ombre
Togame
Fatal Error
Togame
...
Messages: 4 755

https://zupimages.net/up/18/44/hqu7.jpg

Hello !

Je viens surtout répondre à@Kioku qui a trigger mes vieux cours de littérature américaine. x) Et qui pose une question assez intéressante ce qui est l'écriture, la littérature et ce qu'est un artiste.

Il faut savoir déjà qu'il n'y a pas de réponse à cette question, il n'y a que des pistes à explorer. La vision de l'écrivain est fondamentalement différente selon les cultures et les pays.

En France, l'écrivain est un artiste. L'écrivain écrit parce qu'il a du talent. Ça ne s'enseigne pas, ça ne s'apprend pas, ça s'expérimente. On parle d'inspiration, de muse, etc. Après, bien entendu, tous les écrivains français ne naissent pas avec un talent inné pour l'écriture, mais ils naissent avec une passion et certaines facilités. Un goût prononcé pour la lecture, un esprit poétique, une belle imagination, qui font qu'ils se tourner vers la création. En France, on va mettre la créativité en avant. Après, la technique s'apprend sur le tas, mais en général un auteur avec plein d'idées, mais qui n'a pas le talent pour manier les mots, aura du mal à percer, car il doit ne compter que sur lui-même pour progresser et pourrait vite se retrouver décourager.

Aux États-Unis, l'écrivain est vu comme un artisan qui "craft" son histoire. Les mots sont un outil qu'on peut apprendre à manier, il y a des techniques qu'on peut apprendre de façon parfaitement objectif. À force d'efforts et d'application, on peut apprendre à exploiter la forme pour la mettre au service deu fond. On enseigne à la fac ce genre de chose, on "forme" des écrivains. On a un côté beaucoup plus terre-à-terre, et aussi beaucoup plus "commercial" si je puis dire.

En France, un écrivain va vouloir être reconnu par l'élite, il va viser des prix prestigieux, comme le Prix Goncourt.
Aux États-Unis, l'objectif va être de devenir un best-seller et de vendre des milliers voire millions de copies.

Donc à partir où la vision et l'objectif de l'écriture n'est pas le même, la façon d'écrire n'est pas la même. Si un auteur écrit avec un objectif clair de publication et de rendement, alors oui, il va chercher la façon d'écrire la plus efficace. Si son but est purement créatif, il va laisser libre cours à ses envies et son imagination, il va expérimenter, il va innover, car la réussite n'est pas son but final.

Après, pour ce qui est des techniques qu'on peut enseigner, elles restent limite, car comme toute activité créative, c'est quand même la sensiblité et l'imagination de l'auteur qui fait le plus gros du travail. On s'en tiendra à des cours de narratalogie, à apprendre à maîtriser les différents point de vue, les différents types de narration, à structurer un récit, à employer les figures de style, etc. Ce sont des outils que chacun peut ensuite utiliser comme bon lui semble.

Ce que tu évoques en parlant "d'écriture cinématographique", en mon sens, c'est quelque chose d'encore différent.

Déjà, je crois qu'il y a une confusion avec ce que les gens estiment être de "l'écriture cinématographique" aujourd'hui et qu'on utilise comme une critique parfois négative (mais pas toujours, ça dépend si les gens aiment ce style ou pas), et "l'écriture cinématographique" qui correspond à un mouvement littéraire né aux États-Unis dans les années 30-50 avec l'émergence du cinéma moderne à Hollywood et le post-modernisme d'après-guerre. Mais c'était une écriture totalement expérimentale, ancré dans une Amérique marqué par un progrès technologique rapide. Les écrivains ont été "inspirés" par le cinéma, et ils ont réutilisé des techniques propres à la caméra pour écrire. Par exemple, faire une description qui part d'un plan large pour progressivement entrer dans les détails, comme un zoom. Utiliser des descriptions panoramiques, utiliser le travelling avant / travelling arrière.
Mais ces auteurs n'ont pas étiqueté eux-mêmes leur genre comme "cinématographique", ça c'est les critiques littéraires qu'ils l'ont fait et qui on analysé leur façon d'écrire et qui ont interprété les intentions qui se cachaient derrière.

Il faut distinguer l'auteur, l'écriture de la critique littéraire. Beaucoup d'auteur n'ont pas conscience d'écrire dans un genre particulier.Le steampunk en est un bon exemple. Jules Vernes n'écrivait pas du steampunk, le terme n'est apparu que bien plus tard, dans les années 70, pour évoquer un sous-genre rétro-futuriste de la science-fiction. Et pourtant, ses œuvres comprennent toutes les caractéristiques du steampunk et sont un modèle de base pour les auteurs steampunk. Sherlock Holmes, Edgar Alan Poe, etc. sont aussi devenus des références en termes de gaslamp fantasy / esthétique victorienne, qui inspirent la littérature steampunk.

En fait c'est une sorte de cycle. Il va y avoir les auteurs précurseurs, les véritables artistes, ceux qui vont innover, expérimenter, puis il y a les les critiques littéraires qui vont analyser, décortiquer et fixer des règles pour "rationaliser" ces nouveautés, puis il va y avoir les écrivains qui vont hériter de cette critique, qui s'en inspirer, pour poursuivre le mouvement, souvent en rajoutant leur propre petite innovation.

Et c'est pour ça que, à mon sens, on ne peut pas enseigner ce genre de chose, parce que c'est beaucoup trop vaste et subjectif. Et surtout, il peut y avoir un tel décalage entre ce que l'auteur à voulu faire et ce que les critiques littéraires vont en tirer, surtout quand l'auteur n'est plus là pour expliquer son œuvre.

Dans ton cas, quand on parle d'écriture cinématographique pour désigner le style de quelqu'un, c'est souvent perçu comme négatif, parce que c'est une écriture qui se nourrit des influences des séries télés, de Netflix, et compagnie. On est une génération qui consomme énormément de contenu visuel, et de ce fait il est normal qu'on soit influencé, pour ou moins consciemment, par des schémas narratifs et des techniques qui sont propres à la TV.

Quand on écrit (c'est mon cas, même si j'y travaille pour essayer d'avoir un style plus littéraire que cinéma), on va s'imaginer son histoire comme si on regardait un film ou une série dans sa tête, on va visualiser les scènes telles qu'on les verra à l'écran. Donc on va vouloir être très précis sur la position des personnages, comment ils sont habillés, leur expression faciale, leurs gestes, les décors de la pièce, etc.

Le problème, c'est que cette façon d'écrire peut sembler assez lourde, et à force de trop détailler, on en perd finalement la vision d'ensemble. L'écriture, contrairement au cinéma, c'est aussi accepter les blancs et les zones de flou/d'ombre que le lecteur va venir compléter lui-même. Chose qu'on n'a pas avec les séries ou films, puisqu'on voit tout.

Là c'est sur le forme et surtout sur la façon de construire/décrire les scènes et les personnages. Après, d'un point de vue construction d'histoire, je ne pense pas qu'il y ait une grande différence entre un script de film/série et un roman. Après tout, les scripts sont eux-mêmes basés sur des techniques employées en écriture (situation de départ, éléments perturbateur, suspense, analepse (qu'on appelle flashback au cinéma, mais qu'on utilise aussi en écriture) etc.).

La question maintenant est de savoir si "l'écriture cinématographique" va être redécouverte par les critiques et acceptée comme un véritable genre ou une véritable tendance littéraire en lien avec l'omniprésence de la TV au 21e siècle. Pour le moment, c'est davantage perçu comme un "défaut" (faut croire que la plupart des gens ont oublié Dos Passos qui le faisait déjà dans les années 30-50 et qu'on étudie aujourd'hui à la fac en cours de littérature américaine).

Mais voilà, après très honnêtement, il n'y a pas de recette magique. Je pense que si tu veux écrire de la science-fiction, par exemple, on va pouvoir te dire qu'il faut privilégier tel type de narration, construire ton récit de tel façon, mais au final ce qui va importer surtout l'originalité de ton univers, de tes personnages et de ton scénario.

Je pense qu'il faut aussi écrire avec les techniques qu'on maîtrise le mieux et avec lesquelles on n'est le plus à l'aise. Par ex, je déteste la narration à la première personne, je déteste le "je" et je déteste le point de vue interne. J'aime déjà pas lire les histoires écrites de cette façon, donc j'apprécie encore moins écrire de cette manière. Je trouve déjà que c'est lourd, ensuite je trouve que c'est contraignant, qu'on doit se contenter de la vision du narrateur donc on avance avec des œillères, c'est frustrant. Surtout quand on a un monde de fantasy très vaste et complexe, peuplés de dizaines de personnages qui ont leur propre histoire à raconter, s'en tenir à une infime partie de tout cela, c'est triste. J'ai l'impression de brider mon imagination et je déteste ne pas être totalement libre de changer totalement d'horizon, de passer d'un personnage à un coin du monde à un autre personne à l'autre bout du monde. Et le point de vue omniscient à la 3e personne offre cette liberté totale.

Mais c'est un point de vue purement subjectif et personnel. Et c'est d'ailleurs un choix conscient que j'ai fait après avoir suivi des cours de narratologie à la fac, à la base destinés à analyser des œuvres littéraires en cours de littérature anglaise, mais qu'au final on peut très bien réutiliser en tant qu'auteur.

Du coup pour répondre à ta question :

Est-ce que l’écriture est un travail qu’on peut vraiment perfectionner seul (même agrémenté des retours d’un lectorat) ou n’y aurait-il pas un intérêt à se nourrir d'une transmission didactique ?

Oui et non. Je pense que certains auront l’instinct qui fait qu'en lisant simplement d'autres œuvres, ils vont comprendre comment une histoire s'organise, ils vont s'en inspirer, au début sans doute qu'ils vont imiter différents styles, jusqu'à trouver leur propre façon d'écrire. Un peu comme les gens qui arrivent à apprendre une langue simplement en regardant des séries en VOST.

Puis il y a ceux qui ont la passion pour l'écriture, ils ont les idées, mais ils n'ont pas suffisamment de talent pour que l'écriture soit innée et naturelle chez eux. Lire ne leur suffit pas, ce ne sont pas des éponges, il faut qu'ils apprennent certaines techniques de façon parfaitement consciente et qu'ils s'entraînent à les repérer dans d'autres œuvres et les réutiliser.

Pour ma part, je suis un peu entre les deux. Je me souviens qu'au collège j'avais eu un 20/20 à ma toute première écriture d'invention, alors que l'écriture ne m'intéressait pas vraiment à l'époque. J'aimais beaucoup lire et j'adorais les cours de français, mais du coup j'avais parfaitement intégré le cours et les éléments qu'on devait réutiliser dans notre écriture d'invention (qui est un exercice au final pas si simple, car soumis à certains nombre de contraintes techniques, justement). La petite touche personnel, c'est que j'avais choisi d'inventer une petite histoire de fantasy, avec des nains (je me souviens plus des détails), tout en appliquant les consignes du prof (et sans faire une seule faute d'orthographe bien évidemment).

Du coup les outils pour écrire (à commencer par la grammaire, la conjugaison, l'orthographe et le lexique, puis plus tard les figures de style et cie), je les ai acquis bien avant de commencer à écrire. J'ai commencé à écrire pour le loisir après le lycée, pendant ma 2e année de prépa littéraire. Et ça m'a paru assez naturel, j'avais conscience d'un certain nombre de procédés, j'avais étudié et analysé beaucoup d’œuvres littéraires différentes, j'avais aussi de nombreuses références historiques, religieuses, etc. que je pouvais ré-exploiter dans mes récits, mais ça ne faisait pas tout et c'était loin d'être parfait. Je ne partais pas de zéro, mais j'avais encore beaucoup de défauts d'écriture, et ces défauts je les ai corrigés uniquement en écrivant, en me relisant, en me mettant à la place du lecteur, pour me dire que "non, ça, ça va pas, c'est lourd, c'est pas clair, etc." Au début, j'avais d'ailleurs une bêta qui m'a beaucoup aidé à corriger mes tics et tocs d'écriture (coucou et merci Lytanie ♥).

Et en ce moment, 7 ans après sa première publication, je suis en train de réécrire complètement le début de ma première fic Eldarya (Rena, Fille de l'Ombre), et ben je peux vous dire que c'est un sacré chantier. XD Et pourtant à l'époque j'étais relativement satisfaite de mon travail, mais aujourd'hui ça me semble bon à jeter à la poubelle. Justement parce que j'écrivais avec un style beaucoup trop "cinématographique" que je trouve désormais super lourd et pas fluide du tout. Mon style a changé, maintenant je suis plus dans l'économie du langage, j'essaye d'aller à l'essentiel, avec des phrases plus courtes et incisives, et moins de descriptions inutiles.

Et sans doute que dans 5 ou 10 ans j'aurai encore progressé ou que mon style aura changé, et je percevrai de nouveaux défauts qui me donneront envie de tout réécrire une fois de plus.

@Vanilumi : bon courage pour ton projet, là aussi c'est un sacré chantier ! x) Je pense que tu te rendras vite compte, comme ça a été le cas quand j'ai commencé avec Rena, que l'univers du jeu et le scénario sont tellement pleins de trous et d'incohérence, et qu'au final on sait tellement peu choses, qu'en soi je pense que chaque auteur peut créer un univers totalement différent. Si l'univers était bien développé de base, on aurait au final tous plus ou moins la même vision d'Eldarya, les personnages auraient une histoire similaire, car ils auraient un background canon, et c'est simplement le scénario et les relations entre les personnages qui changeraient, notamment avec l'inclusion d'OC créés par l'auteur et donc qui lui sont propres.

Mais le fait est que sur Eldarya, y a pas grand-chose de canon, puis même le canon des fois est tellement bancale qu'on préfère l'ignorer. xD Du coup je serais curieuse de voir à quel point tu vas essayer (et réussir) de rester proche du jeu de base avant de craquer et de tout balayer sous le tapis pour créer ton propre univers. xD

Je vois que tu vires déjà la nourriture non nutritive et l'histoire des portails, mais le vrai défi ce serait d'arriver à garder cette idée tout en la rendant cohérente. x) Parce qu'au final c'est peut-être un des rares trucs canons du jeu (mais bon comme je disais, des fois le canon on a envie de le faire sauter).

Personnellement, j'ai fait l'erreur de garder cet aspect de l'univers, et je me suis rendu compte en écrivant à quel point ça n'avait aucun sens. xD Je me suis tapée des migraines et des nuits d'insomnie à essayer de trouver une explication logique et cohérente à tout ça, à imaginer toute une logistique, etc. Et au final, j'ai réussi (non sans mal), et j'en ai même fait un élément pivot de mon univers, autour duquel s'articulent toutes les relations politiques, diplomatiques, économiques du royaume, mais aussi l'organisation géographique et la localisation stratégique des villes, les diverses régions, etc. Mais du coup cette "contrainte" m'a obligée à créer un univers qui pouvait l'inclure et la justifier, et qui aurait sans doute été très différent sans cela.

Cela dit, encore aujourd'hui, je me demande vraiment à quel moment les scénaristes se sont dit que ce serait une bonne idée et, surtout, qu'ils l'aient validée même après avoir eu le temps d'y réfléchir. xD (Même si je pense qu'en vrai ils ont pas réfléchi, puis qu'après ils étaient dans le déni, parce que dès que tu commences à écrire, tu te rends compte que c'est quand même se tirer une sacrée balle dans le pied, cette affaire).

https://zupimages.net/up/18/44/hqu7.jpg

1
Ombre


https://zupimages.net/up/18/44/98u8.jpg
“J'adore les huîtres : on a l'impression d'embrasser la mer(de) sur la bouche.”
https://nsa40.casimages.com/img/2019/12/16/191216015011506662.jpg
Punchline sponsorisée par Necro, Roi des Grenouilles et Terreur des Surimis.







https://zupimages.net/up/18/44/98u8.jpg
“J'adore les huîtres : on a l'impression d'embrasser la mer(de) sur la bouche.”
https://nsa40.casimages.com/img/2019/12/16/191216015011506662.jpg
Punchline sponsorisée par Necro, Roi des Grenouilles et Terreur des Surimis.

Dernière modification par Togame (Le 16-02-2022 à 14h34)


https://zupimages.net/up/22/46/eb1g.png

Hors ligne

#68 Le 16-02-2022 à 16h43

Garde Absynthe
Vanilumi
Jeune recrue
Vanilumi
...
Messages: 21

Bonjour !

*sort de son sous-marin après qu'on l'ait sifflée*

@Togame > Merci, mais effectivement, il y a tellement de trous que j'ai tout jeté dans une boîte, l'ai agitée et qu'ensuite tous les morceaux du puzzle sont tombés, avec des morceaux rajoutés même pas issus de la boîte d'origine, c'est dire /static/img/forum/smilies/big_smile.png

Togame a écrit :

Je vois que tu vires déjà la nourriture non nutritive et l'histoire des portails, mais le vrai défi ce serait d'arriver à garder cette idée tout en la rendant cohérente. x) Parce qu'au final c'est peut-être un des rares trucs canons du jeu (mais bon comme je disais, des fois le canon on a envie de le faire sauter).


En vrai, je les vire pas au sens propre du terme, je les réadapte pour que ça colle (et à l'imagerie - coucou, Balenviaaaaa /static/img/forum/smilies/big_smile.png - et au canon). Par exemple :

1) Le cas de la nourriture non nutritive

Du complet bullshit, car ça ne tient pas debout. Pas parce que ça ne tient pas debout tout seul, mais parce qu'on t'affirme que les terres sont infertiles... mais alors pourquoi fait-on (et arrive-t-on déjà) pousser du blé à Balenvia ? Aucun familier ne s'en nourrit que je sache. Pourquoi les kappas ne se nourriraient-ils que de choses non nutritives (qui, vous en conviendrez, les mènent à une mort certaine due à la faim). Et puis, on affirme aussi que l'élevage est impossible, mais... on élève bien les Moogliz pour leur lait (vu qu'on en fait de la crème, donc c'est sous-entendu).

Du coup, je pense plutôt au fait que, la création d'Eldarya étant instable, l'environnement est globalement infertile pour les cultures (très peu de terres cultivables). Pour autant, les cultures sont possibles (et nutritives, tout comme la viande de bestiole et autre). Mais... l'environnement d'Eldarya étant instable (catastrophes naturelles, entre autres, puisque c'est sous-entendu lors de l'attaque de Naytili si je me souviens bien), le moindre cataclysme provoque une perte sèche de culture, donc un danger potentiel pour l'élevage et la restauration des habitants, ce qui risque potentiellement de dégénérer en guerres civiles incessantes. Pour pallier ce problème, les Eldaryens organisent des raids sur Terre lors des famines en "dernier recours".

Ce qui m'amène au second point :

2) Le point portail

Il est dit dans le jeu que les portails sont sujets à des guerres de pouvoir entre régions, car ressource vitale (raids de nourriture), mais qu'ils sont difficiles à ouvrir et nécessitent beaucoup de sacrifices/ressources/préparations.

Et si... et si c'était un énorme mensonge pour éviter qu'Erika/la gardienne ne mette tout en oeuvre pour rentrer chez elle et potentiellement trahir les Eldaryens (après tout, elle fait peut-être partie des Templiers, Illuminatis, Francs-maçons d'après eux /static/img/forum/smilies/wink.png) ? On sait déjà que la Garde d'Eel en possède un, mais on ne sait pas où il est, par contre, il serait fréquemment utilisé (d'après Chrome) pour les raids.

Et là, on arrive à une dimension intéressante du "Faut-il croire absolument tout ce qu'on nous raconte dans le jeu ou y a-t-il une part de mensonge là-dedans ?" Pour ma part, j'opte pour le coup monté sans problème /static/img/forum/smilies/big_smile.png Donc, le portail nécessite peu de ressources/préparation en réalité, mais on veut garder son existence secrète (pour éviter qu'une autre région envahisse Eel qui a l'air assez faiblarde sur le papier ?).

Pardon pour le pavé :') surtout qu'au fond, on a le même cheminement en fait, ça rassure ! Parce que je pense que les scénaristes ont surtout écrit au fil de l'eau comme de vrais petits jardiniers et, malheureusement, dans un univers fantasy, les jardiniers... bah ça doit beaucoup bêcher en correction par après /static/img/forum/smilies/big_smile.png

Pour reprendre à nouveau les portails, je me permets un petit aléa : pour celles et ceux qui s'en souviennent, le jeu nous parle à un moment de la flûte magique de Hameln-Wezer (soit le joueur de flûte de Hamelin, mais si, vous savez avec les rats là). Dans le conte original de Hamelin, il est écrit que le joueur de flûte envoûte les enfants pour punir les villageois, puis... tout le monde disparaît sans prévenir. Dans la logique eldaryenne (la mienne, en tout cas XD), Hameln-Wezer aurait en fait traversé un portail. A l'aide de sa flûte. Envisagez toutes les possibilités et implications que ce seul artefact pourrait faire :3 Est-ce que le moyen de passer un portail ne serait tout bonnement pas la flûte de Hameln-Wezer en réalité ? Je pose ça là, je ne suis même pas sûre que les scénaristes y aient seulement pensé XD

Togame a écrit :

Cela dit, encore aujourd'hui, je me demande vraiment à quel moment les scénaristes se sont dit que ce serait une bonne idée et, surtout, qu'ils l'aient validée même après avoir eu le temps d'y réfléchir. xD (Même si je pense qu'en vrai ils ont pas réfléchi, puis qu'après ils étaient dans le déni, parce que dès que tu commences à écrire, tu te rends compte que c'est quand même se tirer une sacrée balle dans le pied, cette affaire).


Ah mais complet ! .____. ça m'a bien désespérée au début. Pour te dire, j'en suis au point où j'en suis venue à justifier la puissance d'Erika et par la rendre 3/4 faelienne (papa cachant bien son jeu et étant 100% faery, mais d'une espèce bâtarde, et maman étant à moitié aengel, sans grosse surprise). Le papa faery découlant de pas mal de trucs qui m'ont dérangée dans l'épisode 13 (y a eu la potion, certes, qui est juste au-delà de toute logique de fonctionnement, mais aussi et surtout les mercenaires humains qu'on ne revoit tout à coup plus du tout alors qu'ils étaient aux portes d'Eel. TGCM ?).

Donc oui, y a des trucs qui vont complètement volter dans le tas (tout en gardant la grosse racine du truc et en rabotant les branches rachitiques de l'arbre).

Petit moment drôlatique : en faisant des recherches sur l'étymologie d'Erika (le nom de base de la gardienne), je suis tombée sur l'Allemagne. Et, ô comble du hasard, Hamelin (du conte éponyme) est une petite ville... allemande. La meilleure amie de l'héroïne s'appelle Elsa (et l'ami Ben, de mémoire) qui a aussi une consonance germanique, ce qui a donné : "Oh ! Et si je mettais tout en Allemagne pour changer de la France et que je liais le tout à Hamelin ?"

Bref, je vais m'arrêter là avant de repartir dans un plus looooooooooooong pavé sur tous mes axes de réflexion (j'ai bien 5 pages word dédiées rien qu'au worldbuilding de ce truc pour l'instant), mais rien que le fait de changer certaines parties de la trame narrative m'amuse énormément.

A voir si j'arrive à en tirer quelque chose de cohérent :3

En tout cas, dès que j'arrive au bout (ou à une bonne moitié), promis, je la poste /static/img/forum/smilies/big_smile.png


Absynthe un jour, Absynthe toujours !

Hors ligne

#69 Le 16-02-2022 à 20h17

Garde Ombre
Togame
Fatal Error
Togame
...
Messages: 4 755

https://zupimages.net/up/18/44/hqu7.jpg

@Vanilumi : ton sonar est au taquet ! x) Je ne m'attendais pas une réponse aussi rapide ! ^^

C'est intéressant de comparer nos "transformation" de l'univers. On s'est posé les mêmes questions, on a eu une approche similaire, mais pourtant le résultats est sensiblement différent. x)

1. Le cas de la nourriture non nutritive

Je ne voyais pas les choses tout à fait comme moi. Après j'ai pas suivi toutes les bêtises du scénario d'origine, donc il y a peut-être des incohérences qui m'échappent (ouais, c'est triste dit comme ça), mais pour moi les terres ne sont pas infertiles, elles seraient plutôt "infectées" par le maana, à la manière d'une sorte de radioactivité magique, qu'il y a des choses qui poussent, mais c'est des sortent de mutation qui du coup ne sont plus compatible avec le métabolisme faerie qui lui a besoin d'aliments terrestres. En gros, ils peuvent consommer certains produits locaux, mais ça ne suffit à leur assurer une alimentation équilibrée. Surtout qu'en soi on se sert des produits locaux pour confectionner des potions qui elles ont bien un effet sur les faeries.

Quant à l'élevage, on part du même principe. Ce sont des espèces "mutantes" endémiques d'Eldarya, elles servent par exemple à produire de quoi nourrir les familiers, pour l'alchimie, la cosmétique (dans ma fic, le lait de Moogliz est utilisé surtout pour les bains de jouvence), etc. Ils ne les élèvent donc pas pour consommer leur viande qui n'est pas comestible.

Le blé à Balenvia ça fait partie des détails incohérents que j'ai pas relevé, ou alors c'est pas le même blé que sur Terre ?
Les Kappas je crois que c'est juste qu'ils apprécient les kukumis aqueux pour x raison (le goût ? les propriétés hallucinogènes ?), mais ils doivent se nourrir d'autre chose aussi. Mais bon encore une fois, de toute façon comme on nous explique rien dans cette histoire, faut trouver des explications nous-mêmes donc tout est possible. xD

Après dans ma fic, les faeries ont essayé à de nombreuse de "terraformer" Eldarya, mais ça s'est toujours soldé par un échec.

Du coup je suis partie du principe qu'ils se reposaient vraiment sur les cultures et le bétail terrestre pour assurer leur survie, mais qu'ils ont mis en place des stratégies magiques qui leur permettent de ne laisser aucune trace de leur passage. Ils isolent des gens entier dont ils font une copie, et c'est cette copie qu'ils moissonnent. Pour la viande, comme ils ne peuvent pas copier d'être vivants, ils font la même chose avec des abattoirs. Mais ils ramènent que des matières premières et des produits bruts qu'ils transforment ensuite à Eldarya, pas des pâtes qu'ils savent même pas cuisiner comme dans le jeu. xD

2. Les portails

Du coup, les portails sont cruciaux, mais ils sont pas aussi difficiles à utiliser que dans le jeu, au contraire. Chaque région possède son portail, strictement surveillé et opéré par des mages assermentés par le gouvernement royal. Des équipes de faeries (et pas forcément des gardiens d'Eel) appelés "Moissonneurs" sont chargés des expéditions de ravitaillement.

Par contre, la gros changement que j'ai apporté, c'est qu'Eldarya ne forme en fait qu'un seul royaume, un monarchie fédérée avec un seul roi à sa tête, une loi commune, puis des régions plus ou moins autonomes avec leur propre gouvernement local. Parce que sinon oui, on est d'accord qu'avec un équilibre alimentaire aussi précaire, ce serait la guerre tout le temps et Eldarya aurait sombré dans le chaos ou serait ravagé par la famine tout le temps.

D'ailleurs tous les portails sont reliés entre eux, et servent aussi à se déplacer d'une région à l'autre, mais bien entendu Eldarya étant aussi sous le joug du capitalisme, ça a un prix et seuls les plus fortunés peuvent se payer des voyages express.

Après la tentative de destruction du Cristal a fait que pendant un temps ouvrir des portails a été plus difficile, la magie était trop instable, c'est pour ça qu'ils ont dû le reconstituer très rapidement, mais les expéditions se sont fait plus rares et plus courtes. Du coup ça a entraîné un certain nombre de conflits et de problèmes, comme l'émergence massive de la contrebande et de la piraterie.

Mdr ben en tout cas dire "en fait c'était pas une incohérence, mais un mensonge élaboré", ou le coup du "en fait tout était un rêve", c'est une bonne façon de se couvrir. xD Mais si j'en crois ce qu'il se passe dans NE, c'est pas le cas.

3. La flûte d'Hamelin

Moi je me souviens surtout que y avait une incohérence dans les dates historiques concernant cette histoire quand on recroisait ça avec leur référence à Jeanne d'Arc, mais c'est un autre problème. x)

Dans mon histoire, c'est un artefact légendaire d'essence divine qui fait qu'en soi faut être un minimum qualifié pour s'en servir. Et vu que l'Oubli est passé par-là, plus personne ne sait à quoi elle sert, du coup elle est juste conservée dans un temple Fenghuang en attendant que quelqu'un capable de s'en servir redécouvre son utilité. Mais effectivement, celui qui la possède pourrait aller venir entre Eldarya et la Terre comme bon lui semble et sans aucun contrainte, ce qui serait un sacré avantage.



https://zupimages.net/up/18/44/98u8.jpg
“J'adore les huîtres : on a l'impression d'embrasser la mer(de) sur la bouche.”
https://nsa40.casimages.com/img/2019/12/16/191216015011506662.jpg
Punchline sponsorisée par Necro, Roi des Grenouilles et Terreur des Surimis.

Dernière modification par Togame (Le 16-02-2022 à 20h18)


https://zupimages.net/up/22/46/eb1g.png

Hors ligne

#70 Le 17-02-2022 à 10h24

Garde Absynthe
Vanilumi
Jeune recrue
Vanilumi
...
Messages: 21

@Togame > Quand je suis au taquet, je suis au taquet /static/img/forum/smilies/big_smile.png

J'aime beaucoup ton approche de la chose aussi ! L'idée de terraformer Eldarya me plaît beaucoup, j'y pensais aussi au début, mais comme la garde nous disait que le sol ne permettait à rien de comestible de pousser... Faudrait que je relise mes captures de lore pour bien faire ^.^

J'aime bien l'idée des mages assermentés capitalistes, ça colle tellement bien avec la Terre XD

Pour la flûte d'Hameln-Wezer :

Au départ, j'avais retranscrit le conte en guise de prologue et puis... le personnage m'avait tellement plu que j'ai décidé de le rendre plus important (magiquement et scénaristiquement parlant). Je lui ai donc trouvé un vrai nom (non parce que "Hameln-Wezer", c'est juste l'assemblage du nom allemand de la ville d'Hamelin et... le nom de la rivière Wezer dans laquelle le Joueur de Flûte a noyé les rats de la ville. Y a mieux /static/img/forum/smilies/big_smile.png).

Dans le jeu, on dit aussi qu'Hameln-Wezer est mort jeune. Et si... et si en fait c'était pas le cas ? Et si en fait, M. Flûtiste avait assisté au Sacrifice Bleu (que j'ai un peu remodelé, même si on a toujours la composante "guerre génocidaire entre aengels") et qu'il avait pris le parti des aengels en fuite ? Pire, qu'il les avait aidés à se cacher sur Terre et effacé leurs traces, mais qu'il se serait fait prendre ?

On l'aurait donc privé de sa flûte et condamné à rester sur Terre. Il se serait ensuite pris d'affection pour une aengel à la constitution fragile et l'aurait épousée, contre l'avis de ses parents (les relations entre Flûtiste et beau-papa n'étant pas vraiment au beau fixe). Et paf, ça a fait des chocapics erikiennes.

En allant même encore plus loin, les Joueurs de Flûte seraient en réalité une espèce hybride inattendue de Faery. Normalement, les enfants faeries prennent l'espèce soit de leur mère, soit de leur père (quand les deux espèces sont différentes, de ce que j'ai pu observer). Les Joueurs de Flûte auraient donc les caractéristiques de leurs deux parents (dans le cas d'Hameln, j'ai pris la liberté de le rendre mi-elfique mi-fenghuang à cause de son pragmatisme et de son altruisme exacerbés du vrai conte), mais seraient considérés comme des "parias". Des parias aux dons merveilleux (envoûter par la musique, tout de même !), mais craints (je reproduis le contexte du conte en le projetant aussi sur Eldarya).

Mon Hameln (dont le véritable nom serait en fait Luther /static/img/forum/smilies/big_smile.png) est donc un altruiste bienveillant dans l'âme (ça rejoint ce que ça dit en jeu avec l'histoire du chat Jelly que le père aurait adopté, entre autres, mais aussi que l'héroïne soit elle-même altruiste... au point de s'attirer des problèmes plus gros qu'elle bien souvent), mais qui se prend à chaque fois en pleine gueule la méchanceté des deux mondes, ce qui l'a rendu méfiant et rancunier (il est tout de même capable d'enlever des enfants pour punir des villageois !). Il chercherait donc à protéger sa fille de toute influence eldaryenne en scellant ses pouvoirs naissants (en plus, c'est dangereux d'être aengel chez les faeries qui plus est) et en lui cachant... tout. Il avait bien l'intention de tout lui dire à la fin de ses études pour la préparer enfin, mais... sa fille a alors disparu de la surface de la Terre, sans plus jamais répondre à son téléphone. C'est ballot.

Dans la démarche que je me suis imaginée du père (et vu l'avancée de NE, je me goure peut-être complet dessus /static/img/forum/smilies/big_smile.png), il ne me paraît pas débile qu'il s'allie même un temps à Ashkore (et associés) pour récupérer sa flûte, mais aussi sa fille. Et là, on a une justification aux attaques sur le temple Fenghuang, mais aussi aux glandus de mercenaires en poste autour du QG dans l'épisode 13. Entre autres choses.

Oui, je suis partie loin. Très très loin XD

Je suis en train de réformer dans ma tête le plan de Leiftan (et son lore) pour coller aux mêmes idéaux qu'Ashkore et en faire un méchant tangible (tout en enlevant le côté trop cliché des deux en mode "Je suis un méchant cro cro méchant qui tue mes alliés quand ça me chante").


Absynthe un jour, Absynthe toujours !

Hors ligne

Pages : 1 2 3