Forum

Pages : 1

#1 Le 27-09-2022 à 16h30

Garde Etincelante
haylin458
Modératrice & Bacchante de Nevra
haylin458
...
Messages: 438

https://zupimages.net/up/21/15/umby.png


https://zupimages.net/up/21/15/toyh.png


[Débat] L'Assemblée des Faeliennes [#2] | Esdaes
https://zupimages.net/up/21/16/hhs4.jpgTOUS LES MESSAGES PARASITES, AVANT LE POST DE L'AUTEUR, SERONT SUPPRIMÉS VOIRE SANCTIONNÉS.https://zupimages.net/up/21/16/hhs4.jpg



https://zupimages.net/up/21/15/toyh.png


https://zupimages.net/up/21/15/5rf4.png


https://zupimages.net/up/21/17/phpi.png

Hors ligne

#2 Le 27-09-2022 à 16h51

Garde Absynthe
Esdaes
A vaincu le Carcolh
Esdaes
...
Messages: 9 535

https://zupimages.net/up/22/38/f2f2.png
Source image de fond : ici.

Bienvenue sur la deuxième édition de «L'Assemblée des Faeliennes».
Anciennement tenu par haylin458, juste ici.

But du jeu :

Vous aimez débattre et exprimer vos opinions sur différents sujets ?
Ce topic est fait pour ça ! Tous les 15 jours, vous retrouverez sur le premier poste une question profonde, philosophique ou existentielles qui vous fera réfléchir, sur la vie, l’univers et tout ce qui se trouve entre les deux.
Vous l’aurez compris, le but est donc de donner votre avis sur le sujet proposé pour partager votre façon de penser et/ou débattre avec les autres Faeliennes.

Les questions qui seront posées n’ont pas nécessairement de mauvaises ou de bonne réponses. Elles sont faites pour vous stimuler, discuter et vous aider à voir la vie d’un point de vue différent.


Pour participer :

➜ Il n’y a évidemment pas un nombre de ligne requis mais veillé à développer à minima votre prise de position, votre pensée et à être clair dans vos propos.

➜ Il est impératif de respecter les opinions des autres même si elles sont contraires à vos idées et vos valeurs. Vous pouvez prendre position contre un avis qui diverge mais toujours de façon bienveillante.

➜ N'hésitez pas à me soumettre en dm des suggestions de questions qui vous semblent intéressantes et significatives pour débattre et exprimer votre point de vue.


On ne devrait jamais arrêter d’être curieux et de poser des questions !


Les règles du forum :

► À TOUS/TOUTES LES JOUEURS/JOUEUSES ◀︎

Avant de poster un message :
Choisissez le bon topic
Pas de HS
Pas de Flood
Pas de sujets "sensibles"
Surveillez votre comportement
Pas de conflits sur les topics. Préférezla discussion privée.
Tenez compte des remarques des modérateurs
➜ Merci de relire attentivement les règles du forum & du site Eldarya
    et les règles relatives au Comptoir d'Eel


Liste des débats précédents


Sujet du moment (jusqu'au 30/11) :

Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


Bon débat à tous !



Ce topic est inspiré du débat de la 15aine sur le forum Amour Sucré disponible ici

Dernière modification par Esdaes (Le 16-11-2022 à 16h18)


L'Assemblée des Faeliennes
Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


https://zupimages.net/up/21/43/l8iy.png

Hors ligne

#3 Le 27-09-2022 à 17h23

Garde Absynthe
lu3fer
Défenseur de la Garde
lu3fer
...
Messages: 12 341

https://cdn.discordapp.com/attachments/902945291555184710/1011556398297006151/bbcode_lu3fer.png

Bonjour, merci beaucoup Esdaes pour ce topic :3

Concernant la question du moment "le bonheur existe - il sans tristesse ? " je souhaite apporter ma propre réponse sachant que c'est une question qui m'a inspiré.

La question m'a au début un peu perturbé parce que ça sous entend que les émotions, ici bonheur (joie) et tristesse, ne peuvent pas être ressenties en même temps. Je pense qu'on peut ressentir la joie, la tristesse et encore d'autres émotions sans pour autant avoir à en sacrifier une.
Puis j'ai un peu plus réfléchi et le "bonheur" peut être pris dans un autre sens que comme étant une émotion, plus un fait (je sais pas si c'est clair). Donc on va dire que bonheur = événement positif (et non émotion comme j'ai pu le penser en premier). Dans ce cas, dans ma manière de voir les choses, le bonheur ne peut pas exister sans tristesse. De la même manière que la tristesse ne peut pas exister sans joie. Dans chaque événement qui arrive au cours de notre vie on ressent des multitudes d'émotions et vouloir associer les bons événements seulement au bonheur je vois là comme une forme de positivité toxique. Ca reviendrait à dire qu'après le soleil il ne peut pas pleuvoir ou encore que le bonheur s'arrête quand on ressent une autre émotion.

J'espère que ma réponse a été claire parce que c'est un peu farfelu dans ma tête, je ne savais pas trop comment répondre.

Bonne journée <3


https://cdn.discordapp.com/attachments/902945291555184710/1011563581793370152/bbcode_lu3fer_2.png
©️ L O K S E N N A

Hors ligne

#4 Le 29-09-2022 à 14h19

Garde Absynthe
Esdaes
A vaincu le Carcolh
Esdaes
...
Messages: 9 535

https://zupimages.net/up/20/11/psl5.png

Bonjour à tous !

Voici mon avis sur le sujet :

Le "bonheur" est un état d'âme en soi, par conséquent il ne peut être durable et c'est pour cela que je pense qu'il est inconcevable de pouvoir connaître réellement le bonheur sans avoir éprouvé de la tristesse à certains moments de sa vie.

Selon moi, pour pouvoir ressentir le bonheur nous sommes obligés de passer par des moments de tristesse, par des événements malheureux qui nous impact profondément pour nous rendre compte  par la suite des choses qui contribue à notre bonheur et qui nous rend heureux.
Si une personne n'a jamais vécu d'évènement tragique ou de mésaventure peut-elle réellement se prononcer et dire qu'elle connaît la joie, le bonheur ? Lorsque l'on ne vit aucune peine on ne peut pas réellement se rendre compte de ce qu'est le bonheur ou les événements positifs de la vie car ses émotions sont considérées comme acquises. C'est seulement après avoir traversé des mauvaises périodes qui nous procurent de la souffrance, des angoisses et des inquiétudes que l'on peut ressentir du bonheur car on sort enfin de ces états d'âme. C'est à ce moment-là que l'on peut réellement ressentir les moments de joie et que l'on comprend que ce n'est pas une émotion acquise de naissance. C'est même cela qui fait la beauté du bonheur : ce n'est pas dû, c'est à nous de le trouver et de comprendre ce qu'il est pour nous. En l'occurrence, ici, c'est après avoir vécu des moments de tristesse que l'on peut se rendre compte de ce qu'est le bonheur.
L'un ne peut donc être dissocié de l'autre. Un peu comme le soleil et la lune.

Mais si on regarde d'un autre point de vue on pourrait également dire que le bonheur ne peut pas exister sans tristesse car comme on le dit bien souvent "le bonheur des un fait souvent le malheur des autres". Le bonheur est propre à chacun et assez subjectif au final. Il y a des choses qui peuvent contribuer au bonheur d'une personne mais qui ont également le pouvoir de créer le malheur d'un autre. Donc je rejoins également @lu3fer sur ce point là où elle mentionne que "la tristesse ne peut pas exister sans joie".

Pour résumé, je pense que ses deux notions sont interdépendantes et que le bonheur ne peut exister sans que l'on ressentent des émotions positives et négatives au cour de sa vie.

https://zupimages.net/up/20/11/cmrt.png
@Elmaëyn

Dernière modification par Esdaes (Le 29-09-2022 à 14h22)


L'Assemblée des Faeliennes
Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


https://zupimages.net/up/21/43/l8iy.png

Hors ligne

#5 Le 04-10-2022 à 00h41

Garde Obsidienne
Asïol
Acolyte des Lutins
Asïol
...
Messages: 7 719

https://zupimages.net/up/20/18/qd1j.png


Bonsoir !

Je viens également partager mon avis sur le sujet :
Le bonheur existe-t-il sans tristesse ?

Je serais d'abord tenté de dire que oui, le bonheur existe sans = en l'absence de tristesse.
Du sens où, en considérant ces deux notions comme des "états d'esprits" et non comme des émotions, l'on est heureux que lorsque l'on n'est pas triste/malheureux.
Par contre si on s'en tient à des émotions, alors dire qu'on n'est pas heureux ne voudrait ici pas forcément dire que l'on est triste : à l'instant T on peut alors être soit triste, soit en colère, frustré ou stressé,...
Autrement dit, on ne connaît le bonheur - "un état de pleine satisfaction" [déf. Le Robert], qu'en l'absence de tout ce qui pourrait être source d'insatisfaction,
qu'en l'absence de tout ce qui pourrait nous mener à un état de mal-être, à de la tristesse.
Cela dit, lorsque j'emploi le terme "absent" ce n'est pas pour dire que l'un de ces deux états disparaît/devient inexistant,
s'efface complètement lorsque l'autre est pleinement présent. Mais plutôt que l'un est juste moins présent/dominant que l'autre.
Il y a en effet des jours où on se sent plus heureux que d'autres, fonction des situations et émotions qui auront fait grandir ces sentiments de bien-être ou de mal-être. 
Et à la fin de la journée, si la balance penche plus du côté du bien-être, si le sentiment de satisfaction domine celui de tristesse,
alors on se dira juste heureux - en occultant peut-être même tout ce qui était source d'insatisfaction pour se conforter dans cette idée de bonheur. Et inversement.
Je pense également que lorsqu'on a le sentiment de ne pas être tout à fait heureux, mais qu'on ne peux pas non plus dire que l'on est triste,
alors on est ni heureux ni triste, mais dans une sorte d'état intermédiaire ?

Maintenant si j'interprète la question ainsi : "le bonheur pourrait-il exister si la tristesse n'existait pas",
alors comme mes VDD, je dirais que non, le bonheur n'existe pas sans tristesse.
Quand par exemple quelqu'un se dit heureux depuis qu'il vit telle situation, c'est certainement parce qu'il se sentait
ou réalise qu'il était malheureux/triste avant de connaître cette nouvelle situation.
On peut difficilement prendre conscience du bonheur - ou prendre conscience que l'on a été heureux,
sans savoir ou avoir su ce que c'est/c'était de se sentir triste, malheureux, de se sentir vide ou "non accompli".
Aussi, si quelqu'un nageait constamment dans le bonheur sans avoir jamais connu la tristesse, alors il n'aurait même pas conscience que ce qu'il vit est du "bonheur".
Je pense que la notion même de bonheur pour lui, n'existerait pas ou serait abstraite, puisqu'il lui serait bien difficile de la conscientiser.

Voilà, je pense avoir fait le tour de la question !

Merci beaucoup Esdaes d'avoir ouvert cette Assemblée,
et au plaisir de revenir pondre ici quelques pavés X)


https://zupimages.net/up/20/18/h8i8.png
TOMBER EST PERMIS, NOUS RELEVER EST NOTRE DÉFI

@Eldryda


Hors ligne

#6 Le 05-10-2022 à 22h06

Garde Absynthe
Esdaes
A vaincu le Carcolh
Esdaes
...
Messages: 9 535

https://zupimages.net/up/20/11/psl5.png

Bonsoir, Bonsoir !

Asïol : C'est vrai que de prime à bord, tout le monde serait tenté de répondre "oui" car cela semblerait absurde d'inclure la notion de tristesse dans le bonheur.

C'est d'ailleurs une partie que j'ai exposée dans mon point de vue : envisager de faire cohabiter les deux notions au moment T me paraissait peu possible. Je voyais ces états d'âme s'exprimer tout au long de la vie de manière plutôt successive sans forcément se croiser.

Je le pense toujours mais ton point de vue me fait également voir les choses sous un autre angle !

Je trouve que les arguments que tu as partagés sont très pertinents notamment quand tu exposes le fait que l'on peut certainement ressentir le bonheur sans que les émotions négatives soient absentes. Je trouve ça plutôt vrai au final. Je prends conscience que l'on peut certainement être en "état de pleine satisfaction" et que les émotions négatives sont juste moins présente et non absentes.
En te lisant j'ai percuté sur mon propre cas personnel: si je devais faire le bilan de ma journée : je suis heureuse. Pourtant, à certains moments de la journée j'ai également ressenti du stress et un peu de tristesse. Donc merci d'avoir partagé ton point de vue car je te rejoins sur le fait que si le sentiment de bonheur est supérieur/domine le sentiment de mal-être est bien on est heureux tout de même ! 

Considérer ses deux notions au moment T sans devoir en sacrifier une (comme l'avait également mentionné Lu3fer)...J'aime beaucoup l'idée !

Comme quoi ne faut-il pas un peu de tout pour faire un monde ?

Au plaisir de vous lire prochainement ! :)

https://zupimages.net/up/20/11/cmrt.png
@Elmaëyn

Dernière modification par Esdaes (Le 05-10-2022 à 22h09)


L'Assemblée des Faeliennes
Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


https://zupimages.net/up/21/43/l8iy.png

Hors ligne

#7 Le 07-10-2022 à 12h19

Garde Ombre
Kweeen
A vaincu une poule
Kweeen
...
Messages: 822

https://i.ibb.co/Kxk6jg0/Pluspetite.png

Hello !
Vais tenter mon tour...

La vie peut-elle avoir du sens si on n’a aucun ami ? si non, qu’est-ce que la vraie amitié ?

De manière générale, la vie aura toujours un sens.
Peu importe comment celle-ci sera finalement vécue, qu'elle soit morose, accompagnée, heureuse, isolée, perturbée, semée d'embuches et que sais-je encore, elle aura toujours un sens.
Les amis (et même la famille je pense), ne sont pas là pour donner un sens à votre vie, seulement là pour vous accompagner dans celle-ci.
Soyez égoïste, ne reposez pas vos idéaux sur les épaules des autres. Je connais beaucoup de personne qui finalement, n'ont pas d'amis, des fois par choix, des fois pas dépit, mais qui pour autant, ne sont pas des âmes errantes. Pour référence par exemple : Into The Wild (et non, je n'idole pas ce film, je l'aime même pas du tout et la morale de la fin de l'histoire n'est pour moi pas représentative du reste du film, m'enfin ca c'est un autre débat...). Des personne comme dans ce film vont donner un sens ou tout du moins en chercher un dans les voyages, d'autres leurs carrières, leurs familles etc.
Pour résumé, une personne SEULE/Sans ami, n'est pas une personne qui a une vie qui n'a pas de sens, ca serait bien triste, c'est peut-être simplement une personne qui suit d'autres perspectives que celles que vous vivez.

Pour répondre tout de même à la 2ème question, même si j'ai répondu oui à la 1ère (je suis inspirée) , la vraie amitié est celle qui est mutuelle, partagée. Une réelle amitié c'est pouvoir se retrouver 7 mois après sans se donner de nouvelles et retrouver des liens comme si ces derniers avaient demeurés tout ce temps. C'est avoir une écoute, une épaule sur laquelle se reposer mais aussi, pouvoir proposer la sienne au bon moment. C'est être honnête quitte à blesser, c'est être naturel(le) sans avoir besoin de s'adapter, c'est jouir ensembles des petites choses du quotidien et s'extasier des réussites de l'autres.
Aujourd'hui une amitié à mes yeux, c'est pouvoir être fier(e) de dire : Cette personne-là, c'est pas moi qui l'ai choisi, c'est nous qui nous nous sommes trouvés.

Dernière modification par Kweeen (Le 07-10-2022 à 12h26)


https://i.ibb.co/WcP8BxM/zefef.png

Hors ligne

#8 Le 11-10-2022 à 17h06

Garde Etincelante
Bundryl
Modérateur
Bundryl
...
Messages: 6 376

https://i.postimg.cc/fbf5Fdtf/daisyheader.png


Holà, premier post sur ce topic qui m'intrigue depuis quelques jours.

Bien que je ne suis pas très douée pour débattre et faire du lien entre mes avis, je vais essayer de faire un effort, ahah.

La vie peut-elle avoir du sens si on n’a aucun ami ? si non, qu’est-ce que la vraie amitié ?

Tout d'abord qu'est-ce que le sens ? Le sens est selon Larousse une "raison d'être, valeur, finalité de quelque chose, ce qui le justifie et l'explique". Soit, un aboutissement, une importance, quelque chose qui a un intérêt.
Certes, a un ami aura toujours de la valeur. Mais un ami, même si certains estiment qu'ils font partie d'eux-même, ce n'est qu'une expression. Un ami a son propre corps sa propre conscience, est dissociable de nous-même et est donc un plus (+) dans notre vie. Certes ils rendent notre vie meilleure, y apportent quelque chose, mais ne sont pas là pour y donner sens.

Le vie prend un sens, ou plutôt de nombreux et est unique à chaque individu. C'est chaque individu qui décide quel sens mener à sa vie, les amis ne font que nous accompagner, nous guider, mais ne sont pas responsables du sens dans lequel notre vie a décidé d'aller.

On peut insister pour penser positif et faire des choix négatifs conseillés par des amis, mais la finalité est propre à chacun.

De plus, certaines personnes ne ressentent pas le besoin d'être entourés d'amis proches, et donnent tout de même un sens à leur vie. Alors selon moi, oui, la vie a un sens, avec ou sans ami.


La vraie amitié quant à elle, est à mon avis une relation dont on n'attend rien de l'autre, mais qui nous comble tout de même. Une relation qui nous comble d'émotions, positives comme négatives, avec des moments de partage et de complicité, mais où les liens ne s'effritent pas ou peu malgré les épreuves et/ou le temps.



https://i.postimg.cc/1tWBRZKg/lvssprtr.png
“ ʜ ᴀ ᴘ ᴘ ɪ ɴ ᴇ ꜱ ꜱ   ᴅ ᴇ ᴘ ᴇ ɴ ᴅ ꜱ   ᴜ ᴘ ᴏ ɴ   ᴏ ᴜ ʀ ꜱ ᴇ ʟ ᴠ ᴇ ꜱ. ”
⸻⸻⸻⸻ᴀ ʀ ɪ ꜱ ᴛ ᴏ ᴛ ᴇ


https://i.postimg.cc/tTRDHgFQ/sdsy.png
@  A  s  ï  o  l


https://i.pinimg.com/originals/22/67/43/226743f8a9253aa073e65a0b904a9e47.gif

Hors ligne

#9 Le 14-10-2022 à 23h27

Garde Etincelante
Lune1712
Modératrice & Nymphe nocturne
Lune1712
...
Messages: 1 404

Bonsoir ~

Je voulais aussi donner mon avis sur le débat du moment : La vie peut-elle avoir du sens si on n’a aucun ami ? Si non, qu’est-ce que la vraie amitié ?

Déjà, je pense que je suis totalement d'accord avec Kweeen lorsqu'elle dit que la vie aura toujours un sens. Pourquoi, parce qu'une personne est seule, sa vie aurait moins de valeur ? Certains sont bien contents de ne pas être embêté, et puis comme on dit, "mieux vaut être seul que mal accompagné" !

Après je suis personnellement plutôt dépendante des autres et je pense que l'être humain est un être fait pour vivre en société ; je serais très triste de ne pas avoir mes amis donc il est un peu difficile pour moi d'imaginer rester seule. Je pense qu'on est plus heureux quand on forme des liens profonds avec les gens, quand on peut discuter de tout et de rien, et qu'on sait qu'on peut toujours compter sur quelqu'un. Mais pour autant, comme Bundryl l'a très bien dit avant moi : " Certes ils rendent notre vie meilleure, y apportent quelque chose, mais ne sont pas là pour y donner sens."

Trop dépendre des autres est une mauvaise idée, il n'est pas sain de baser toute son existence sur une autre personne au point qu'elle représente le sens de ta vie. Ca peut sembler impossible de vivre sans quelqu'un qui nous semble indispensable... Mais la vie est tellement plus que ça !

Quand à la "vraie" amitié, j'avoue que je suis un peu perplexe quant à ce terme xD
Ce sont des personnes à qui on apprécie parler, à qui on peut se confier sans crainte de jugement. Je rejoins Bundryl sur les moments de partage et complicité qui sont primordiaux, mais je pense que même une relation dont les liens s'effritent ou se sont effrités au cours du temps peut avoir été une vraie amitié^^

Bonne soirée ~


https://www.zupimages.net/up/20/49/4wjo.pnghttps://www.zupimages.net/up/17/44/i6yi.png

Hors ligne

#10 Le 17-10-2022 à 10h22

Garde Absynthe
Esdaes
A vaincu le Carcolh
Esdaes
...
Messages: 9 535

https://zupimages.net/up/20/11/psl5.png

Bonjour, Bonjour !

Merci à tous pour votre participation. J'ai apprécié lire vos points de vue sur le sujet. Je suis d'ailleurs globalement du même avis que vous tous mais pour info ma vision se rapproche fortement de celle de Lune1712.

Le nouveau sujet est en ligne sur le premier post o/
Bonne discussion !

PS : N'hésitez pas à m'envoyer en mp une question qui vous intrigue et dont vous aimeriez avoir le point de vue des autres !



https://zupimages.net/up/20/11/cmrt.png
@Elmaëyn

Dernière modification par Esdaes (Le 17-10-2022 à 10h57)


L'Assemblée des Faeliennes
Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


https://zupimages.net/up/21/43/l8iy.png

Hors ligne

#11 Le 23-10-2022 à 08h22

Garde Etincelante
haylin458
Modératrice & Bacchante de Nevra
haylin458
...
Messages: 438

https://zupimages.net/up/22/42/lhde.png

Bonjour !

Je viens participer au sujet du moment, et apparemment je suis la première o/

Faut-il toujours obéir aux règles ?

Le mot qui me paraît important ici est l'adverbe "toujours". En effet, pour moi, c'est une question qui dépend énormément du contexte et de ce pour quoi les règles sont faites.
Par exemple, dans une école, le règlement est là pour permettre aux enfants et à l'équipe éducative de coexister. C'est aussi une manière d'apprendre aux enfants les principes essentiels qui permettent de vivre sereinement en société, comme le respect de l'autre. À ce titre, je pense qu'il faut respecter les règles établis.
Toutefois, si les règles n'existent pas pour assurer le bien être et le vivre ensemble d'une communauté, mais plutôt pour asseoir le pouvoir d'un individu, alors peut-être serait-il pertinent de remettre les règles en question.
Je pense, par exemple, aux règles (le terme exact auquel je pense est "loi") mises en place dans les régimes autoritaires. Ou encore des règles systémiques qui ont favorisé les inégalités comme la ségrégation, des règles sociales qui ont exclu une partie de la population (les femmes qui ont longtemps été exclues de pas mal d'activités sportives, par exemple.)

Il y a encore beaucoup à dire sur le sujet mais j'attends de lire un peu les autres posts qui viendraient se greffer au mien.
Merci de m'avoir lu !

https://zupimages.net/up/22/42/hxuf.png


https://zupimages.net/up/21/17/phpi.png

Hors ligne

#12 Le 25-10-2022 à 11h11

Garde Ombre
Togame
Fatal Error
Togame
...
Messages: 4 755

https://zupimages.net/up/18/44/hqu7.jpg

Bonjour bonne société d'Eel ! ^^


Faut-il toujours obéir aux règles ?


Non. x) Il faut savoir jauger et peser le pour et le contre de chacune de nos actions, et en questionner l'objectif, l'intérêt, la raison qui se cache derrière. Cela va de même lorsqu'on se plie à une règle / un ordre.

Pour obéir à une règle, il faut d'abord la comprendre, puis l'accepter de manière consciente et rationnelle. Les règles sont un cadre de référence, un cadre social, moral, juridique, etc. Elles sont là pour poser des limites, pour donner des repères, mais elles ne sont jamais elles-mêmes toujours fixes (ni toujours justifiées).

Une règle (ou une loi) évolue, elle peut changer, elle s'adapte à l'ère du temps, aux changements de mœurs, etc. Les règles régissent la société, mais c'est la société qui fait les règles selon la façon dont elle veut être régie.

Comme l'a dit ma VDD, une règle / loi peut aussi être un outil d'oppression et de coercition. Il faut donc toujours se poser la question "pourquoi cette règle ? quel est son but ? quel intérêt sert-elle et les intérêts de qui ?". Une règle ne devrait pas être "arbitraire". Elle doit avoir un sens, et ce sens doit aller dans l'intérêt de la société.

Je pense qu'on ne doit obéir qu'aux règles qui servent à la fois nos propres intérêts et ceux des autres (ce qu'on pourrait appeler le bien commun), les règles qui servent à nous protéger et à protéger les autres, à protéger notre société du chaos et de l'anarchie, de l'injustice, de la violence, du chacun pour soi, etc., et à organiser la société (ou n'importe quelle communauté, même à petite échelle) de façon à ce que tout le monde puisse vivre dans le respect de la liberté d'autrui.

Puis je pense que l'être humain étant un "animal social", la loi (ou les règles) est quelque chose dont il a fondamentalement besoin pour organiser les relations inter-humaines. Le premier livre au monde (la Bible donc) est au final le premier texte de loi de l'humanité, qui pose les fondements de la société humaine.

La règle a aussi ce côté "unificateur" ou d'universalité, dans le sens où les règles ne sont pas faite pour un individu, mais pour un groupe d'individus, une communauté, une société. Tout le monde doit obéir à la même règle. D'ailleurs,  on le voit, quand il y a deux poids deux mesures, qu'une règle n'est pas appliquée de la même façon d'une personne à une autre, on parle "d'injustice". Si on obéit à une règle, et que notre voisin désobéit, mais qu'il ne lui arrive rien, qu'il n'est pas "puni", alors la règle perd son sens.

Cela se rencontre souvent dans les fratries, quand les parents ne sont pas "cohérents" dans leur façon d'établir les règles. Il en émerge alors un sentiment d'injustice ou la sensation que les parents font du favoritisme envers un frère ou une sœur, et il peut alors émerger des tensions, de la jalousie, etc. Une règle devrai aussi permettre d'offrir un traitement équitable entre les individus. Ce n'est pas du cas par cas.

Une règle, au niveau individuel, peut aussi sembler "anodine" voire inutile, ou "exagérée". Par ex. je pense aux limitations de vitesse. Combien de conducteurs se disent "non, mais moi je maîtrise, c'est bon". Certes, c'est peut-être vrai, mais si tout le monde se dit ça, y a un moment où va bien y avoir quelqu'un qui maîtrise pas. C'est une règle de sécurité qui existe pour assurer la sécurité de TOUS les automobilistes, et qui n'a de sens que si tout le monde (ou au moins la majorité des gens) s'y plient.

On pourrait aussi d'ailleurs se poser la question des règles, et de leur pendant, la punition. Car clairement, le fait est qu'une règle est rarement totalement acceptée par les gens, ou du moins pas par tout le monde. Il y aura toujours une part de nous qui est dans la "désobéissante", qui va remettre en question, qui va rejeter les règles qu'on cherche à nous "imposer", car c'est aussi une façon d'affirmer notre individualité, de se démarquer et de revendiquer notre liberté (ou notre manque de considération pour les autres et notre égoïsme). Il faut donc un élément de "menace" derrière pour "contraindre" les gens à l'obéissance. L'amende, le retrait de points, de permis, la prison, etc.

Mais bon là c'est une autre question (je fais ma petite ouverture), qui ne serait plus "Faut-il obéir", mais plutôt "pourquoi obéit-on" aux règles.


https://zupimages.net/up/18/44/98u8.jpg
“J'adore les huîtres : on a l'impression d'embrasser la mer(de) sur la bouche.”
https://nsa40.casimages.com/img/2019/12/16/191216015011506662.jpg
Punchline sponsorisée par Necro, Roi des Grenouilles et Terreur des Surimis.


https://zupimages.net/up/22/46/eb1g.png

Hors ligne

#13 Le 27-10-2022 à 23h38

Garde Etincelante
Lune1712
Modératrice & Nymphe nocturne
Lune1712
...
Messages: 1 404

Bonsoir ~

Faut-il toujours obéir aux règles ?

Ma première pensée en lisant le débat du jour, c'est une discussion que j'ai eu il n'y a pas longtemps avec ma colocataire, à propos d'une expérience qui avait été faite sur le sujet. Lorsque l'on laissait le choix aux gens de cliquer sur un bouton qui ferait souffrir une autre personne dans la pièce d'à côté, peu faisait le choix de cliquer. Mais il suffit quand un responsable de l'expérience demande de cliquer sur le bouton... Et bien pratiquement tout le monde le fait, sans se remettre en question une seule seconde.
Je pense que ça prouve que dès qu'il y a une autorité quelconque, ou un ordre, les gens ont tendance à la suivre et écouter sans discuter ; ce qui est un problème, car l'autorité n'a pas toujours raison !

Après, en théorie oui : les règles sont là pour nous protéger, nous et les autres. Elles font souvent sujet de débat (quelle règle fait l'unanimité totale ?), mais sont essentielles au fonctionnement d'une société car sans règle, ce serait le chaos total.
Mais le point important de la question, comme haylin l'a souligné, c'est toujours ! Il y a des moments où il faut savoir s'affranchir des règles, des moments où il faut refuser des règles et lois injustes. Après, à quel moment suivre les règles et à quel moment dire non... La ligne n'est pas définie clairement :')

Du coup je rejoins Togame qui se pose la question "Pourquoi cette règle ?" ! Cela aide à faire la différence entre une règle utile et une règle abusive^^ Mais pour le coup la réponse est toujours propre à chacun, une même règle peut souvent être jugée utile pour certains et abusive pour d'autres (Par exemple, le port du masque obligatoire) !
Et puis le problème, c'est que les gens ont tendance à ne suivre que les règles qui servent leur propre intérêt, et à ignorer celles qui servent le "bien commun"... C'est pour ça que les règles censées sont utiles et qu'il faudrait forcer les gens à les respecter, pour ce genre de personne qui ne respecte rien !

J'ai l'impression de m'être un peu perdue du coup, mais pour résumer grossièrement (même si j'ai un peu l'impression de m'être contredit haha ) :
Faut-il obéir aux règles -> Oui
Faut-il toujours obéir aux règles -> Non

Bonne soirée ~


https://www.zupimages.net/up/20/49/4wjo.pnghttps://www.zupimages.net/up/17/44/i6yi.png

Hors ligne

#14 Le 31-10-2022 à 18h13

Garde Absynthe
Esdaes
A vaincu le Carcolh
Esdaes
...
Messages: 9 535

https://zupimages.net/up/20/11/psl5.png

Bonjour à tous !

Je pense que nous sommes tous d’accord pour dire qu’au final il n’est pas forcément bon de « toujours » obéir aux règles.

Pour commencer haylin458 et Togame je vous rejoins sur le fait que les règles qui sont faites pour coexister, se protéger mutuellement se doivent d’être respectées car elles sont faites pour notre bien-être.

Seulement, comme vous l’avez bien évoqué avec Lune1712, il y a aussi des règles (lois) qui résultent seulement de certains idéaux de société, régime politique, état religieux qui ne sont pas mises en place pour le bien commun et qui servent juste comme outil d’oppression. C’est vrai que dans ces cas-là il faut savoir s’affranchir des règles afin de ne pas obéir sans les remettre en question et sans comprendre le but de pourquoi on devrait y obéir.

Je vais également reprendre le point que tu as évoqué Togame lorsque tu soulignes le fait que l’être humain a besoin de règles qui pose les fondements de la société afin de pouvoir bien coexister. Que ce soit une règle individuelle ou collective je pense la même chose.
Certes sans certaines règles ce serait le chaos comme l’évoque bien Lune1712 mais je pense que certains fondement/règle devrait plus être considéré comme des « guides » de bien savoir être et de bien savoir vivre et non comme des « règles » qui doivent être « obéit » à tout prix pour ne pas subir une punition.

Je fais principalement référence aux règles qui relèvent du domaine religieux. Je pense sincèrement que certaines règles devraient plus être considéré comme des recommandations notamment tous ce qui touche à la santé de l’individu. Par exemple comme les règles : « ne pas fumer », « ne pas boire » ect. Elles ont certes été établies pour notre sécurité et notre bien-être car nous connaissons tous les conséquences des excès de ces pratiques mais je pense que devoir « toujours » y « obéir » en ayant peur de subir un châtiment divin n’est pas la bonne manière de voir les choses.

Je pense que chacun devraient être libre de choisir ou non d’obéir à ces règles en faisant ses propres expériences car l’être humain est connu pour également défier l’autorité et se rebeller envers les règles imposées .

Je m’étale certainement sur le sujet mais au final je pense que c’est seulement certaines règles que nous avons évoquées précédemment qui mérite d’être « obéit » car on y voit un sens et pas par peur.


https://zupimages.net/up/20/11/cmrt.png
@Elmaëyn

Dernière modification par Esdaes (Le 31-10-2022 à 18h26)


L'Assemblée des Faeliennes
Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


https://zupimages.net/up/21/43/l8iy.png

Hors ligne

#15 Le 01-11-2022 à 16h11

Garde Ombre
Togame
Fatal Error
Togame
...
Messages: 4 755

https://zupimages.net/up/18/44/hqu7.jpg

Bonjour !

Ce nouveau thème est fait pour moi. x)

Faut-il se méfier de l'amour

C'est un peu bizarre comme question, comme si l'amour était quelque chose de "dangereux" qui pouvait nuire à notre bien-être. Mais je comprends le sens de se "méfier" dans le sens où oui l'amour peut-être source de souffrance émotionnelle, de déception amoureuse, etc. Mais est-ce pour autant qu'on ne doit prendre aucun risque et se préserver de la douleur, juste parce que le risque d'être blessé en amour est possible ?

Au final, si on est heureux sans amour et qu'on ne souffre pas du célibat, j'ai envie de dire ça relève du choix personnel. À l'inverse, il y a ceux qui ne peuvent pas vivre sans amour, sans passion, sans aimer et être aimé, même si ça veut dire essuyer des déceptions, encaisser les ruptures, etc. Y en a qui seront refroidis très vite et perdront foi en l'amour, qui n'y croiront plus, et ceux qui ne lâcheront pas l'affaire, jusqu'à peut-être trouver la bonne personne.

Je pense que ceux qui se "méfient" ou qui craignent l'amour, sont ceux qui supportent le moins les montagnes russes émotionnelles.

Et je n'inclus pas les personnes aromantiques pour qui l'amour est un concept un peu flou et compliqué à comprendre, et qui peuvent avoir tendance à se méfier de l'amour, car on a du mal à s'identifier aux schémas classiques d'une relation amoureuse, et on peut confondre certaines émotions ou certains comportement avec de l'amour, et ça peut compliquer certaines relations.

Mais du coup, je vais vous parler de mon cas un peu particulier, puisque l'amour ça a toujours été quelque chose d'un peu obscur pour moi. Je fais partie de ceux qui se situeraient plutôt du côté de l'aromantisme, ou du moins c'est ce que je pensais, jusqu'à ce que je rencontre une personne pour qui j'ai eu un véritable coup de cœur récemment.

J'ai enchaîné les déceptions amoureuses de mes 20 à mes 25 ans, puis là ça fait 5 ou 6 ans que je suis célibataire, mais je me suis dit qu'au final l'amour c'était pas pour moi, que j'arrivais pas à m'attacher, sachant que je suis aussi demi-sexuelle, donc il me faut du temps et un lien affectif fort pour ressentir du désir pour la personne et me sentir suffisamment à l'aise pour avoir une relation plus intime, donc j'ai fini par me dire que j'allais finir seule avec mes chats.

J'ai souffert de ces échecs, mais je pense que ma souffrance venait plus de la pression sociale, que d'une peine de cœur, puisque je n'étais pas amoureuse de ces personnes et que j'étais plus malheureuse en couple que seule. Donc quand j'ai découvert le concept d'aromantisme, je m'y suis retrouvée, et je me suis un peu cachée derrière ça pour justifier ma non-quête de l'amour.

Au final, maintenant je suis en train de tout remettre en question, sachant que peut-être que je vais encore droit dans le mur, peut-être que ça ne fonctionnera pas non plus, mais là tout de suite, je sais que je regretterai plus de ne pas essayer, que de prendre le risque de mettre mes sentiments à l'épreuve pour voir où cette rencontre va me mener.

Que ce soit l'idée que mes sentiments ne soient pas réciproque, ou même l'idée qu'une fois en couple, je me rends compte que mes sentiments étaient juste un "coup de cœur" inexpliqué, mais que je n'arrive pas à m'attacher, à me sentir bien dans la relation, à passer du stade "amoureux" au stade amour, tout ça, ce sont des choses qui sont source d'incertitude et d'angoisse, mais encore une fois, si je n'essaye pas, je n'aurai que des regrets.

Je préfère ne pas trop me projeter dans cette relation pour le moment, même si ce n'est pas évident de ne pas se faire des films dans sa tête, parce que l'amour c'est ça j'imagine, on ne peut pas s'empêcher d'idéaliser la relation et tout ce qu'on pourrait être / faire avec la personne qui nous plaît. Ça faisait très longtemps que je n'avais pas ressenti ça, j'avais un peu oublié à quel point c'était angoissant et épuisant émotionnellement. D'ailleurs, je crois que c'est pour ça que je dors si mal ces derniers temps, j'y pense tout le temps, à me poser dix milliard de questions, à passer de la joie à l'incertitude en deux secondes, c'est terrible.

C'est pour ça que je me fais un peu violence pour rester  "prudente" et réservée pour le moment, et prendre mon temps, laisser faire les choses et profiter du moment présent, de nos conversations, et du plaisir émotionnel que cela me procure pour le moment.

Donc je sais pas, j'ai pas de réponse claire à cette question. Est-ce que l'amour peut faire mal ? Oui. Est-ce que c'est pour ça qu'il faut en avoir peur ? Je ne pense pas, ou du moins c'est comme les manèges à sensations, on a peur, mais on se lance quand même, même si je peux comprendre que ce soit difficile de se lancer pour certains, surtout si on en a déjà beaucoup souffert.

EDIT : dans les raisons de se méfier de l'amour, j'aimerais aussi ajouter le fait qu'il faut savoir distinguer l'amour de la passion et/ou de la dépendance affective. Je dirais que l'amour c'est le sentiment "positif" qui apporte l'harmonie et le bonheur au couple. En revanche la passion ou la dépendance affective peuvent avoir des répercussions négatives et entraîner une forme de souffrance.


https://zupimages.net/up/18/44/98u8.jpg
“J'adore les huîtres : on a l'impression d'embrasser la mer(de) sur la bouche.”
https://nsa40.casimages.com/img/2019/12/16/191216015011506662.jpg
Punchline sponsorisée par Necro, Roi des Grenouilles et Terreur des Surimis.

Dernière modification par Togame (Le 01-11-2022 à 18h02)


https://zupimages.net/up/22/46/eb1g.png

Hors ligne

#16 Le 08-11-2022 à 10h17

Garde Absynthe
Esdaes
A vaincu le Carcolh
Esdaes
...
Messages: 9 535

https://zupimages.net/up/20/11/psl5.png


Togame : Je ne pense pas forcément que ceux qui se "méfient" ou qui craignent l'amour, sont ceux qui supportent le moins les montagnes russes émotionnelles. De toute façon lorsque l'on est en couple avec une personne la relation connaît forcément des hauts et des bas et ne se déroule jamais tel un long fleuve tranquille. On connaît forcément des disputes avec son compagnon même si celles-ci sont légères.

Au contraire, je dirais même que les personnes qui se méfient de l'amour sont celles qui sont un peu trop "aptes" à vivre des haut et des bas extrêmes, qu'elles en ont tellement vécu dans leurs relations passées qu'elles ne souhaitent pour rien au monde re vivre le même schéma de tout accepter par Amour. Je pense que ce sont des personnes qui restaient en relation envers et contre tout, que ce sont des gens tellement loyal et fidèle qui reste même quand elles sont mal traitées dans la relation et qu'elle accepte des choses impensables par amour. Comme on dit "l'amour rend aveugle" et c'est pour cela qu'il faut s'en méfier.

Je pense que les personnes qui se méfient de l'amour sont celles qui ont donné leur amour aux mauvaises personnes, qui ne les ont pas aimé en retour ou pas de la bonne manière. Je pense qu'elles ont tellement donné leur amour et qu'elles en ont tellement souffert par la suite qu'elle ne voit plus l'amour de la même manière.

Je vais prendre mon cas personnel. Aujourd'hui je me méfie de l'Amour car certes c'est un sentiment très beau mais il a un tel pouvoir qu'il peut nous mettre au plus bien comme au plus mal. Malheureusement quand il vous met au plus mal c'est très dur de devoir se relever après. Lorsqu'il nous met au plus mal car notre amour n'est pas réciproque ou car nous estimons que la personne en face ne nous aime pas de la bonne manière on peut réellement se retrouver dans un état de souffrance intense.
Donc je dirais qu'avant d'aimer il faut essayer de "choisir" la bonne personne et de ne pas donner son amour à n'importe qui, qui serait apte à en profiter ou à le retourner contre nous.

Je pense d'ailleurs que tu optes pour le bon comportement, il ne faut pas non plus sombrer du côté obscur par peur d'aimer. Je suis donc contente que tu gardes espoir parcequ'en vrai aimer c'est une des plus belles choses au monde. Je dirais donc que tu as raison de prendre ton temps et de voir ou le vent te mène !
J'aimerais en faire autant mais on va dire que c'est compliquer...


https://zupimages.net/up/20/11/cmrt.png
@Elmaëyn

Dernière modification par Esdaes (Le 08-11-2022 à 10h17)


L'Assemblée des Faeliennes
Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


https://zupimages.net/up/21/43/l8iy.png

Hors ligne

#17 Le 11-11-2022 à 20h45

Garde Ombre
Togame
Fatal Error
Togame
...
Messages: 4 755

https://zupimages.net/up/18/44/hqu7.jpg

Hello !

@Esdaes : oui, c'est ce que je voulais dire par "ne pas supporter", c'est forcément les personnes qui sont le plus émotionnelles et qui sont plus sensibles émotionnellement, et donc peuvent être blessées plus facilement, et mettre plus de temps à s'en remettre, et donc se méfier davantage.

À l'inverse, pour prendre mon cas, je suis quelqu'un de très peu émotive, c'est même mon problème, c'est que je ressens presque "rien" d'un point de vue émotionnel. J'intellectualise énormément toutes mes relations, et donc de ce fait je ne me dispute jamais avec les gens, il n'y a jamais de conflit, parce que je suis très "indifférente" et j'ai tendance à juste laisser les choses me passer par-dessus. C'est plus en face, si j'ai face à une personne émotive, que ça peut coincer.

Alors que si j'ai affaire à une personne aussi très détachée et zen comme moi, qui se prend jamais la tête, ça peut parfaitement se passer. Je ne me suis jamais disputé avec mes amis, je suis en colocation et en 4 ans de cohabitation, pas une seule dispute, même légère, on s'entend vraiment à merveille, on est sur la même longueur d'onde, et j'aime ce "calme" ou cette euthymie émotionnelle. Pas de hauts, pas de bas, juste une ligne droite constante. Et j'envisage ma vie de couple de la même manière.

En amour, je recherche la même chose, je recherche un relation paisible et sans prise de tête. Après, je fais en sorte qu'en général les gens n'aient pas à se plaindre de moi, je ne suis pas quelqu'un de difficile à vivre ou de problématique, donc je ne génère jamais de conflits ou de disputes. Il faut être deux pour se disputer, et je rentre jamais dans le conflit, parce que je n'ai pas assez d'émotions pour m'emporter, je vais toujours choisir de gérer le problème rationnellement sans jamais me laisser affecter émotionnellement, je suis trop détachée pour ça (certains dirais que je suis cassée, mais moi je le vis très bien, je suis plus heureuse sans me prendre la tête, clairement xD).

Je sais pas, mais j'ai le sentiment que si j'avais une relation (amoureuse ou amicale) qui arrive à perturber ce calme émotionnel que je cultive depuis des années, si quelqu'un arrive à me faire ressentir des émotions négatives, je considérerais cette relation comme toxique et j'y mettrai un terme immédiatement. Je ne vois pas où est l'amour ou le bonheur là-dedans. x)

C'est aussi pour ça que je méfie pas trop de l'amour maintenant, parce que je l'aborde avec optimisme et positivité, et en général le positif génère du positif, donc j'ai bon espoir de ma maîtrise émotionnelle permettra d'éviter certains écueils.


https://zupimages.net/up/18/44/98u8.jpg
“J'adore les huîtres : on a l'impression d'embrasser la mer(de) sur la bouche.”
https://nsa40.casimages.com/img/2019/12/16/191216015011506662.jpg
Punchline sponsorisée par Necro, Roi des Grenouilles et Terreur des Surimis.

Dernière modification par Togame (Le 11-11-2022 à 20h48)


https://zupimages.net/up/22/46/eb1g.png

Hors ligne

#18 Le 13-11-2022 à 22h40

Garde Etincelante
Lune1712
Modératrice & Nymphe nocturne
Lune1712
...
Messages: 1 404

Bonsoir ~

Désolée je n'ai lu qu'en diagonale vos messages précédents mais je voulais quand même passer donner mon petit avis sur ce débat, Faut-il se méfier de l'amour ?

Le débat du moment me fait penser à une phrase que j'ai du lire sur Facebook un jour, c'était un truc du genre « ne pas tomber amoureux par peur de souffrir c'est comme ne pas vivre par peur de mourir ».
On peut aussi reprendre le fameux adage, déjà cité par Esdaes « L'amour rend aveugle »... Bon ok, j'arrête avec les citations xD

Du coup : Oui, je pense qu'il faut se méfier de l'amour. Se méfier dans le sens qu'il arrive plus fréquemment qu'on ne le croie de tomber dans une relation toxique, de se faire mentir et/ou tromper. Et forcément, plus on est attaché, plus la rupture fera mal.
Mais comme pour tout, il y a des limites ! Il faut savoir lâcher prise et apprendre à faire confiance dans une relation. Toute la difficulté est toujours de rester dans les limites, oui il faut se méfier mais non il ne faut pas trop se méfier :')

Je me rapproche de ma VDD Togame dans le sens où je ne me dispute jamais avec mes amis et je rechercherais une relation stable sans prise de tête, mais bon du coup j'ai très peur de changer de train de vie et de laisser quelqu'un d'autre rentrer dans ma vie, donc je me méfie beaucoup xD

Bonne soirée ~


https://www.zupimages.net/up/20/49/4wjo.pnghttps://www.zupimages.net/up/17/44/i6yi.png

Hors ligne

#19 Le 16-11-2022 à 10h39

Garde Absynthe
Esdaes
A vaincu le Carcolh
Esdaes
...
Messages: 9 535

https://zupimages.net/up/20/11/psl5.png

Bonjour !

Merci pour vos participations !
J'ai aimé lire vos points de vue qui me font toujours voir les choses un peu plus différemment c:

Le nouveau sujet est en ligne sur le premier post !

Au plaisir de pouvoir échanger avec vous à nouveau o/


https://zupimages.net/up/20/11/cmrt.png
@Elmaëyn

Dernière modification par Esdaes (Le 16-11-2022 à 10h39)


L'Assemblée des Faeliennes
Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


https://zupimages.net/up/21/43/l8iy.png

Hors ligne

#20 Le 16-11-2022 à 14h41

Garde Ombre
Togame
Fatal Error
Togame
...
Messages: 4 755

https://zupimages.net/up/18/44/hqu7.jpg

Peut-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?

Je ne sais pas si la question a été volontairement formulée de cette façon, mais on va faire comme si c'était le cas.

Puisque qu'on parle de "pouvoir" faire quelque chose, d'une action qui est donc entièrement portée par la volonté de l'individu, indépendamment de toutes contraintes morales, sociales, légales, etc. Oui, on peut. Techniquement, on peut faire ce qu'on veut. x)

Après, la question la plus intéressante à poser, serait plutôt "doit-on toujours dire la vérité", mais c'est pas la question posée donc voilà. xD

Et est-ce que connaître la vérité rend malheureux ? Je ne sais pas, pas pour moi en tout cas. La vérité est un fait, la nier ne change rien à la réalité. Je pense que nier la vérité rend plus malheureux au final, que la confronter, l'intégrer, grandir grâce à cette vérité et passer à autre chose.

Par ex. je préfère qu'on me dise qu'on m'a menti sur tel sujet, je prends un ex. fictif, mais admettons que mon compagnon m'ait trompée, ben je crois que ça me rendrait plus malheureuse de l'apprendre par "hasard" par quelqu'un d'autre, que d'entendre la vérité de sa bouche, déjà.

Mais je pense quand même que la vérité serait libératrice, je me sentirais mieux, que de vivre dans le mensonge. Après bien sûr, si j'en sais rien, si je me doute de rien, je ne peux pas être malheureuse. "Ignorance is bliss", comme on dit en anglais. Mais rétroactivement, si je me rends compte que ça fait des mois ou même des années qu'il me ment, je pense que plus le mensonge aura duré longtemps, plus la souffrance et le ressentiment seront grands, et le pardon difficile. Donc dire la vérité le plus tôt possible, ça permet aussi de limiter les dégâts.

Après, dire la vérité et dénoncer, c'est aussi deux choses différentes. L'exemple qu'on prend souvent dans ces cas c'est la 2nd Guerre Mondiale. Si la gestapo vient chercher des juifs cachés chez moi, que je leur mens en disant qu'ils sont pas là, je ne dis pas la vérité, mais clairement dans ce cas dire la vérité entraînerait le malheur (enfin la mort plus probablement) d'un innocent. Mais au final celui qui sait la vérité ou ne la sait pas, c'est pas lui qui sera malheureux dans l'histoire.

Mais bon voilà pour conclure, oui on peut parce que rien ne nous en empêche, après faut juste assumer les conséquences de nos actes. x)


https://zupimages.net/up/18/44/98u8.jpg
“J'adore les huîtres : on a l'impression d'embrasser la mer(de) sur la bouche.”
https://nsa40.casimages.com/img/2019/12/16/191216015011506662.jpg
Punchline sponsorisée par Necro, Roi des Grenouilles et Terreur des Surimis.


https://zupimages.net/up/22/46/eb1g.png

Hors ligne

#21 Le 16-11-2022 à 16h18

Garde Absynthe
Esdaes
A vaincu le Carcolh
Esdaes
...
Messages: 9 535

https://zupimages.net/up/20/11/psl5.png

Merci pour ta remarque Togame, je voulais plutôt dire "doit-on toujours dire la vérité" au vu de la question qui suit x) Je viens de modifier mon post plus haut donc si tu le souhaites tu peux également modifier le tiens en développant cette notion supplémentaire c:

A bientôt !

https://zupimages.net/up/20/11/cmrt.png
@Elmaëyn


L'Assemblée des Faeliennes
Doit-on toujours dire la vérité ? Si non, le savoir rend-il malheureux ?


https://zupimages.net/up/21/43/l8iy.png

Hors ligne

Pages : 1