Découvre le monde féerique d’Eldarya !

Apprends à connaitre ses habitants et familiers. L’aventure et l’amour sont au rendez-vous dans ce monde fantastique où l’histoire et tes relations s’adaptent à tes choix.

Pages : 1 ... 4 5 6

#126 Le 16-02-2018 à 13h05

Garde Etincelante
haylin458
Modérateur
haylin458
...
Messages: 1 863

Bonjour !

Je suis heureuse de constater que le sujet précédent vous a emballé ! J'avais donc laissé cette fois-ci le sujet plus longtemps afin que chacun puisse réagir aux arguments des uns et des autres donc n'hésitez pas à repasser après avoir posté, c'est un topic de débat donc vous pouvez répondre aux arguments avancés par les autres participants /static/img/forum/smilies/wink.png



................................................

EDIT : Moi qui pensais que ce sujet allait vous plaire au vu des élans féministes que je croise sur le forum, c'est raté xD Je n'archiverais pas le sujet étant donné qu'il n'a suscité aucune réaction ^^


Partons donc vers une toute autre voie o/

Depuis quelques temps, un sujet éveille pas mal d'interrogations : Le service national universel.

En effet, le gouvernement voudrait instaurer un nouveau système remplaçant notre actuelle JAPD (Journée d'Appel de Préparation à la Défense.) Les mesures restent flous mais certains faits reviennent et semblent axer cette réforme vers un parcours civique et citoyen dont la durée varie selon les discours de trois à six mois, entre 11 et 25 ans, obligatoire et universel.


Le Monde et France Inter ont eu accès aux lignes de ce projet qui se concrétiserait sous la forme d'un parcours en trois étapes : 

* Entre 11 et 16, une semaine serait dédiée chaque année au thème de la défense et de la citoyenneté dans le cadre scolaire.

* À 16 ans, les jeunes auraient le choix entre une semaine en internat axé sur les mêmes thèmes, ou sur une semaine en immersion dans une association avec à la clé la remise d’un passeport citoyen.

* Entre 16 et 25 ans, les services civiques seraient encouragés. Afin de faciliter l'accès à cette dernière étape, le gouvernement avance des aides au logement ou un tarif préférentiel dans les transports mais aussi la valorisation du parcours universitaire.



Toutefois, le sujet ne semble pas encore totalement bien défini car  le gouvernement a chargé un nouveau groupe de travailler dessus et qui devra rendre ses conclusions en avril.

Merci à Madmoizelle dont je vous incite à lire l'article beaucoup plus complet ici o/


>> Que pensez-vous de cette alternative à la JAPD ?


https://www.pixenli.com/images/1485/1485956587062942200.png
L'Assemblée des Faeliennes : Le marketing inclusif

Hors ligne

#127 Le 16-02-2018 à 16h21

Garde Ombre
atoi2voir
Fantassin de la Garde
atoi2voir
...
Messages: 1 850

Salutations ténébreuses !


Pour moi, il ne sert à rien d'imposer une semaine par an des cours de défenses. Autant le mettre directement dans le programme scolaire. Ensuite, on peut très bien la mettre en place, cette semaine d'initiation, mais franchement, au lieu de s'attarder sur ce que je pense être des futilités (ce n'est que mon humble avis) comme des courses d'orientations ou de la gymnastique, autant apprendre aux élèves les bases d'un art martial, non ?

Pour le reste, je trouve que globalement c'est une bonne idée. Mais bon, j'attends encore de voir les conclusions.



"Le problème, c'est pas le problème, le problème, c'est ton attitude face au problème"
http://fotoforum.fr/photos/2018/05/21.16.gif

Hors ligne

#128 Le 19-02-2018 à 11h06

Garde Ombre
Kallindra
Acolyte des Licornes
Kallindra
...
Messages: 429

Une semaine par an. C'est risible. De mon temps comme disent les anciens, on avait une heure d'éducation civique par semaine...
Bon faut être honnête la JAPD ne sert à rien d'autre que d'évaluer le taux d'analphabétisme. Par contre la JAPD remplace le service militaire. Le service civique n'a donc rien à voir avec la JAPD et le service civique et donc est une mesure complètement déconnectée comme d'habitude.


http://www.mesmedias.com/users/5bcc8ff04e58e1fc32760322d502988e/B_EN_V_2.png

Hors ligne

#129 Le 02-04-2018 à 13h38

Garde Etincelante
haylin458
Modérateur
haylin458
...
Messages: 1 863

Bonjour !


Pour répondre à mon tour je pense qu'une réforme de la JAPD est nécessaire : elle permet certes l'évaluation du taux d'analphabétisme mais ne remplit pas vraiment son but initial : les intervenants éveillent rarement des vocations et, pour ma part, je n'ai eu aucune initiation aux premiers gestes de secourisme. Les formations sont donc inégales selon les lieux dans lesquels se déroule la JAPD.

A mes yeux, même si la JAPD avait pour vocation de remplacer le service militaire, elle n'a aujourd'hui plus rien à voir avec ça. Donc je ne suis pas contre un remodelage qui n'aurait plus pour fondement le service militaire.


Je pense que cette semaine serait dédiée chaque année au thème de la défense et de la citoyenneté dans le cadre scolaire n'a rien à voir avec les cours d'éducation civique (devenus cours d'ECJS à raison d'un cours toutes les deux semaines à peu près) ou bien des cours d'auto-défense, mais plutôt une initiation proche de ce qu'est la JAPD aujourd'hui mais en plus développé avec des approches théoriques et pratiques, et peut-être même de nouveaux thèmes abordés comme le harcèlement de rue, le harcèlement sur internet, etc, bref des thèmes qui abordent le respect de l'autre dans la société et sur internet (notamment les réseaux sociaux) qui constitue aujourd’hui une part tout de même importante de la vie des jeunes.

Ce qui me gêne dans cette réforme c'est plutôt le côté chronophage et sélectif de la chose. Pour la première mesure (la fameuse semaine dans le cadre scolaire), cela signifie qu'on supprime quand même une semaine entière de cours. Ca paraît négligeable mais pour un prof avec un programme à boucler ça ne l'est pas. Et puis qui assurera les interventions durant cette semaine ? Des intervenants ? Ou bien encore des professeurs ?


Pour les deux dernières étapes, j'ai peur que les différents avantages mis en place pour inciter à intégrer un service civique ou une association créent des disparités. C'est bien beau de promettre des aides au logement ou un tarif préférentiel dans les transports et la valorisation du parcours universitaire mais dans certaines filières sélectives c'est impossible. Bref j'attends un plus ample développement parce que pour le moment tout n'est pas très clair et pas mal de questions se posent, notamment sur l'accès à certains services civiques plus attrayant que d'autres, créant une fois encore des disparités ^^


..............................................................

EDIT : 02/04 - NOUVEAU SUJET


Pour 2021, le gouvernement prévoit de réformer entièrement le parcours vers le bac. La première grande mesure de ce projet concerne les filières générales qui disparaîtront et remplacées par un tronc commun qui englobe plusieurs matières :

* Philosophie
* Français
* Histoire-géographie
* Enseignement moral et civique
* Langues vivantes 1 et 2
* Éducation physique et sportive
* Humanités scientifiques et numériques.

Les filières technologiques seront toujours en place mais leur nombre devrait se réduire.

En plus du tronc commun, les classes de première et de terminale seront organisées selon les spécialités et les options sélectionnées.

Les élèves choisiront ensuite trois spécialités en première puis deux l’année suivante parmi une longue liste de matières.

La nouvelle formule en image



De plus, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a décidé de diviser le baccalauréat en quatre épreuves écrites et un « grand oral » qui ressemblera au TPE actuel mais réalisé individuellement et sur 2 ans dès la première.

Ces épreuves compteront pour 60% de la note finale et les 40% restants seront du contrôle continu.



Que pensez-vous de cette réforme du bac ?


https://www.pixenli.com/images/1485/1485956587062942200.png
L'Assemblée des Faeliennes : Le marketing inclusif

Hors ligne

#130 Le 02-04-2018 à 16h30

Garde Ombre
Kallindra
Acolyte des Licornes
Kallindra
...
Messages: 429

Je pense que c'est une mesure débile.
La plupart des étudiants ne savent déjà pas réellement ce qu'ils veulent faire professionnellement parlant. De nombreux étudiants se ré-orientent après s'être rendu compte que ça ne correspondait pas à leurs attentes. Pour exemple dans ma bande de pote de l'université :

Pote 1 : Master 2 de Géographie sur les récifs coralliens (bac ES)
=> bosse dans une entreprise de restauration de yacht après avoir été vendeur dans un magasin pour la cuisine.
Pote 2 : Master d'histoire (bac ES)
=> bibliothécaire
Pote 3 : Deug d'art du spectacle puis licence d'histoire (bac L)
=> Assistant manager dans un hotel-concept en Ecosse après avoir été libraire
Pote 4 : Master 2 de traduction (bac L)
=> Assistant comptable après avoir tenté de monter sa boîte de trad
Pote 5 : Licence d'archéo (bac L)
=> Mère au foyer
Pote 6 : Licence de bio, Capes de bio puis thèse (bac S)
=> passe des concours
Moi : Licence d'histoire (bac L)
=> Conseillère multimédia

Entre ce qu'on aime, ce qu'on a voulu faire et la réalité de la vie, on ne fait que rarement ce que l'ont veut.

Demander à des lycéens de se construire un CV sur mesure c'est trop tôt ! Par contre le faire à la fac là je dis oui.

Dernière modification par Kallindra (Le 02-04-2018 à 16h34)


http://www.mesmedias.com/users/5bcc8ff04e58e1fc32760322d502988e/B_EN_V_2.png

Hors ligne

#131 Le 03-04-2018 à 14h52

Garde Obsidienne
Siuko
Bleusaille
Siuko
...
Messages: 122

Disons que je suis partagée sur la question.

D'un côté c'est une bonne chose car cela permet de faire ce qui nous plait le plus en premier (je suis allée en S alors que je n'aime pas la physique par exemple), mais d'un autre côté ça va être très dur de faire des emplois du temps, déjà qu'ils sont pas bien jolis pour la plus part à l'heure actuelle.

Et je suis assez d'accord avec Kallindra sur le fait que beaucoup de gens ne savent pas ce qu'ils veulent faire au lycée. Il faudrait alors instaurer des suivis d'orientation plus complets (et plus compétant, donc avec des gens qui s'y intéressent) bien plus tôt... En bref, de ce point de vu ça peut paralyser pas mal d'étudiants très tôt dans leur études si ils choisissent mal leur "formule" (car des écoles ou fac demandent que certaines matières par exemple)
Par contre, pour ceux qui savent quoi faire plus tard, c'est totalement bénéfique et cela créé peut être une égalité.

Par contre, je me pose une question : est ce que tous les lycées devront avoir toutes les matières ? ou cela dépendra des disponibilités des profs ?


Pour les nouvelles autant que les anciennes ! La Cour Initiatique accueille toutes les Obsidiennes >ici< !

Hors ligne

#132 Le 05-04-2018 à 11h03

Garde Ombre
Arhyia
Officière de la Garde
Arhyia
...
Messages: 1 422

Coucou !
Je serai moins tranchée que Kallindra sur la question du choix des matières, dans le sens où, comme elle, après avoir vu ce que l'orientation ou la désorientation donne, on se rend bien compte que ce qui nous plait n'est pas ce que l'on veut peut-être faire plus tard. Néanmoins, je pense que c'est une bonne chose de laisser aussi la place au choix. Beaucoup d'élèves font des choix par défaut, par rapport à une étiquette (S ou ES semble mieux que L). Il faudrait voir si le fait de choisir une à deux matières au choix ne pousserait pas un élève à choisir seulement une matière par défaut et en choisir une autre par plaisir. Dans ce cas, le programme pousserait à satisfaire un certain bien-être. Et quoi de mieux ? Pourquoi devons-nous étudier uniquement dans un but précis  ? Franchement, les trois-quart de ce que j'ai étudié ne sert pas dans la vie active. Et pourtant, je l'ai fait pour avoir cette validation et accéder à certains postes non accessibles sans. Alors si cela permet à certains d'être un peu plus épanoui ou à d'autres de se découvrir une réelle passion qui n'est pas offerte par leur éducation (parentale par exemple) pourquoi pas.

Le gros défaut de cette réforme reste à mon avis sa difficile mise en place et son coût. Je rejoins la question de Suiko... parce que si c'est pour créer une inégalité entre les établissements, je ne trouve ça pas tolérable. On le sait des zones vont être laissé pour compte comme toujours.

Un autre défaut ? le peu d'approfondissements... Les maths par exemple. Je ne suis pas matheuse, mais compenser uniquement en dernière année ou par option alors que nous ne sommes pas au niveau actuellement ça va être difficile. Je parle par exemple du constat fait par les profs d'université et de classes prépa qui doivent expliquer des bases qu'ils n'avaient jamais eu à enseigner il y a encore quelques années. Le niveau régresse parce que l'on veut tout enseigner aux élèves. Ils doivent avoir des bases en tout, et au final se retrouvent à tout survoler sans approfondir. Et les réformes constantes prennent du temps à se mettre en place, alors ça crée des cafouillages. Cette réforme va encore réduire les heures de certaines spécialités... pas sûre que ça aille dans un bon sens.
Peut être qu'améliorer ce que l'on a déjà serait mieux que tout modifier encore et encore...

Dernière modification par Arhyia (Le 05-04-2018 à 11h04)


*・゜゚・*: .。..。.:*・夕阳无限好 ,只是近黄昏・*:.。. .。.:*・゜゚・*


"Cette obscure clarté qui tombe des étoiles"
C.


*.*.*.* Si mes yeux ne percevaient pas d'intervalle, mon esprit réservait un abîme *.*.*.*
P.
chut





     

Hors ligne

#133 Le 09-04-2018 à 19h16

Garde Etincelante
haylin458
Modérateur
haylin458
...
Messages: 1 863

Bonjour !


Pour ma part j'ai aussi un avis moins tranché que Kallindra même si je suis tout à fait d'accord au sujet des réorientations. Il n'est pas rare de voir des personnes choisir une autre voie durant les études supérieures que celle imaginée au lycée. Je le vois aussi dans mon entourage, une amie qui est allée jusqu'à terminer un master Recherche en Lettres et qui se réoriente aujourd'hui dans le cinéma ^^


Le problème majeur de cette réforme tient justement dans cette voie d'orientation. Il est tout à fait normal au lycée d'ignorer encore vers quel métier on se dirige dans l'avenir. Or ici, l'accent est mis sur des options qui clairement oriente vers un parcours particulier pour l'université ou les grandes écoles. De plus, l'éducation nationale manque déjà de professeurs dans de nombreuses matières, donc des établissements, souvent en banlieue ou en province, risquent de devoir proposer un choix restreint d'options en raison d'un nombre insuffisant d'enseignants, ce qui aura pour conséquence de créer (encore une fois) un fossé entre les lycées de province et ceux des grandes villes. Donc Siuko pour répondre à ta question je ne pense pas que tout les lycées pourront proposer toutes les options. De plus je m’interroge pour certaines matières comme les sciences de l'ingénieur ou l'écologie, agronomie et territoires : y aura t-il des profs spécifiques, parfois même agrégés ? Ou juste un "recyclage" par des formations de profs déjà en poste ?


Arhyia : c'est vrai que c'est important de faire ce que l'on aime et que de ne pas toujours travailler dans une optique de rentabilité, surtout au collège et au lycée où le large panel des matières permet de se rendre compte de ce qui peut nous plaire ou non ^^ Toutefois on se dirige vers un système d'études supérieures de plus en plus fermé (il y avait déjà les classes prépas, les grandes écoles sur concours, etc, mais aussi très bientôt les facultés.) Or avec cette réforme, les personnes ayant calibré leur parcours dès le lycée seront avantagé dans la suite de leurs études : prenons deux personnes avec les mêmes capacités. L'une a choisi ses options afin de pouvoir intégrer une école A, l'autre est encore incertain pour son avenir donc choisi ses options selon ses goûts. Finalement cette école A l'intéresse, il fait donc la demande. Il y a donc des chances qu'il ne soit pas pris car contrairement au premier, le second n'a pas calibré son parcours pour cette école et sera alors désavantagé.


Et puis clairement, si je ne suis pas une matheuse du tout, je trouve que lever les math du tronc commun est une très mauvaise idée. Sans parler des classes prépas (parce que malheureusement le niveau a baissé dans toutes les matières et pour avoir été en prépa lettres je confirme que même les matières littéraires ont pris un coup), les math restent importants dans la vie quotidienne ^^


Clairement il y a de bonnes idées comme 1h30 d'orientation par semaine mais aussi une voie qui mène de plus en plus vers un élitisme et creuse encore davantage le fossé entre les zones et les établissements ^^


https://www.pixenli.com/images/1485/1485956587062942200.png
L'Assemblée des Faeliennes : Le marketing inclusif

Hors ligne

#134 Le 11-04-2018 à 19h14

Garde Obsidienne
Lowelis
Acolyte des Sylphes
Lowelis
...
Messages: 1 158

https://img15.hostingpics.net/pics/589380musique.png

Bonjour, bonjour.

Je suis assez perplexe quant à cette réforme du BAC.
Je dirai que l'idée du changement ne me dérange pas, elle ne m'a jamais dérangé, revoir et penser autrement, aux goûts du jour, pourquoi pas.
Seulement j'ai l'impression qu'on ne prend pas tellement en compte les problématiques existantes chez ces jeunes collégiens et lycéens. C'est cette angoisse de l'après, c'est la difficulté à se projeter parce que l'inconnu quelque part est assez effrayant. C'est une demande d'autonomisation plus intense et plus précoce aux quels certains, je dis bien certains ne sont pas prêts. Et comment leur en vouloir ?
De ce que j'ai pu lire, je crois que nous sommes plutôt d'accord pour dire que cette question de l'orientation, du passage vers l'âge adulte finalement n'est que trop peu pensé et parlé avec les jeunes. 
Je crois aussi que la responsabilité n'incombe pas qu'à l'éducation nationale mais à tout une société qui devient de plus en plus individualiste.
*Oui oui je pars, loin, très loin...^^*
Je divague un peu mais si l'on y pense, la question du BAC tient à venir préparer le passage à la vie d'adulte, cette période de la vie où règnent l’expérience, la responsabilité et l'authenticité (cf: La crise de l'âge adulte - Pierre-Henri Tavoillot dans L'école des parents)   
Et il y a cette question du risque, le risque de se tromper de voie, le risque d'échouer, et ne pas être guidé et parvenir à rebondir sur autre chose. En fait je crois que la question de l'orientation et du passage devrait être traitée sociétalement.
Je fais écho à la question des rites de passages dans la société, qui malheureusement disparaissent ou se transforment. C'est Arnold Van Gennep, un ethnologue qui en parle, il explique qu'il y a trois étapes dans le rite de passage : la séparation (le pré-liminaire), le liminaire = le seuil, l'entre deux et l'agrégation (le post-liminaire). Cette idée de l'agrégation c'est justement cette idée de collectif, de société, qui reconnait et accepte le changement de l'un des leur. C'est la reconnaissance de tout un groupe, à un gamin qui devient adulte. C'est l'idée que le passage, le grandissement ne peut se faire seul. Et dans notre société je trouve que cela se perd un peu. On vit dans une société capitaliste qui tend malheureusement à oublier ces essences là de la vie. Comment pousser un gosse à grandir seul ? Comme on le fait en ce moment ... C'est trouve ta voix et tu verras...
Pour la question de conseils d'orientation, je n'incrimine en aucun cas la démarche mais je ne sais pas si cette idée ne fait que mettre ces jeunes face à la réalité de leur indécision. Et non, à 15 ans, ils ne savent pas tous ce qu'ils veulent faire plus tard...

Ensuite, pour revenir sur du plus concret, que fait-on des bacs technologiques : les STSS, STMG, STAV ? Et les bacs pro ? Pourquoi privilégie t-on à tout prix le bac général ? Pourquoi, finalement, on tend à tout intellectualiser ? (si on peut appeler ça comme ça)
Que fait-on du savoir faire des mains ? Du corps ? De la pratique ?

J'ai l'impression qu'on tend à généraliser encore plus les filières, ce qui risque pour moi de générer encore plus d'angoisse chez ces jeunes lorsqu'il faudra choisir.
Et à la fois, des filières trop précises, trop orientées génèrent de la frustration ou de la peur de : et si en fait c'était ça que j'aurai du faire ?

Et si on avait le droit de se planter ? Si on travaillait encore une fois sociétalement, au coeur des familles, des groupes sociaux cette question du passage ?
Je crois que cette réforme du BAC met en lumière un fait social qui n'en finit pas de faire parler.
Le BAC, la JAPD, le permis de conduire tout ça ... Vient encore une fois dire : Comment accompagne t-on les jeunes à devenir adultes ?

Je crois que le fond du débat est là... Mais je me trompe peut-être !
   

https://img15.hostingpics.net/pics/576082traitsparateur.png

«Tout le monde est un génie, mais si vous jugez un poisson à sa capacité à grimper à un arbre, il va passer toute sa vie à penser qu'il est stupide.» A.E

Dernière modification par Lowelis (Le 11-04-2018 à 19h16)

Hors ligne

#135 Le 15-04-2018 à 00h40

Garde Ombre
greenwich
Soldat de la Garde
greenwich
...
Messages: 453

Bonsoir !

Bon déjà c'est la première fois que je donne mon avis sur un forum donc soyez indulgente sur la forme de mon message, etc, svp ^^.
Je suis assez d'accord avec ce qui s'est dit et je souhaiterais surtout appuyer les inégalités que cette réforme va sûrement engendrée. Pour donner un exemple et un peu raconter ma vie, je suis en première dans un collège/lycée du 93 assez pourri (lycée ZEP même si il me semble qu'on n'appelle plus ça comme ça mais bref) et en 4ème j'ai pris allemand en deuxième langue. Quand j'étais en 3ème la prof est partie à la retraite et depuis plus de profs d'allemand ! Ça fait deux ans que je n'ai pas eu de cours d'allemands (sauf un remplaçant qui est venu deux mois avant de disparaître et un autre qui n'a visiblement jamais trouvé le chemin du lycée). L'année prochaine je passe le bac d'allemand... Tout ça pour dire que toutes ces nouvelles matières me semblent impossible à concilier avec le fait que déjà dans les matières "basiques" il n'y a pas assez de profs ! Avant de réformer le bac ne faudrait il pas déjà s'occuper du problème des professeurs ? Les professeurs recrutés ne sont plus du tout "formés" (la plupart de mes profs sont des remplaçants n'ayant pas le CAPES (je ne dis pas que pour être un bon professeur il faut obligatoirement être passé par la case concours)) et sont en total sous-effectif !

Mais bref, je pars dans un autre sujet, je voulais juste dire que toutes ces nouvelles matières risquent vraiment de renforcer les inégalités et de rendre encore plus difficile le recrutement de profs compétents. Je me demandais également à quoi correspond la matière "humanités scientifiques et numériques" !? Je suis également très étonnée que les maths ne soient pas en tronc commun, ça me parait être une matière indispensable !



https://data.whicdn.com/images/314266253/original.gif

Hors ligne

#136 Le 15-04-2018 à 18h33

Garde Etincelante
haylin458
Modérateur
haylin458
...
Messages: 1 863

Bonjour !


Lowelis : je ne pense pas que tu partes trop loin ^^

On demande de plus en plus tôt à ces élèves, ces futurs étudiants et travailleurs de se faire une place dans la société. Plus que de l'individualisme, je parlerais d'élitisme et de de rentabilité. On ne peut pas se le cacher : de nombreuses écoles et certains métiers ne sont accessibles que par la voie des concours. La France est une société encore très élitiste qui tient à certains concours obsolètes très difficiles qui consistent à former "l'élite de la nation." J'ai davantage l'impression que chacun devient une donnée de plus à ajouter au tableau de la rentabilité : il faut produire des étudiants capable de faire leurs choix d'orientation et de se responsabiliser en vue de leur entrée dans le monde du travail. Sauf que dans la réalité ça ne se passe pas vraiment comme ça ^^

Ce que tu dis sur les rites de passage est tout à fait juste. Je trouve aussi qu'on se repose beaucoup sur les conseillers d'orientation alors qu'il y a tout un travail à faire sur soi et qui doit être accompagné par les parents. De manière globale, je pense qu'on se repose beaucoup trop sur les professeurs qui endossent le rôle d'éducateur et de psychologue avec leurs élèves alors que ce n'est pas leur métier. Un professeur a pour rôle principal de transmettre un savoir. Il peut guider ses élèves mais ce n'est pas là sa fonction principal. On en demande de plus en plus aux jeunes et les parents sont souvent dépassés. Attention je ne les incrimine en aucun cas. C'est normal de se sentir désarmé face à quelque chose de nouveau et que l'on a pas connu ^^

De plus, bien souvent, on ne décide pas à 15 ans de ce que sera notre vie ^^ Je ne pense pas que tu te trompes dans la fin de ton post, comment accompagne t-on les jeunes à devenir adultes ? C'est une vraie question qui incite à remettre en question le rôle des enseignants, des parents, l'encadrement, les structures mais aussi les aides mis en place pour aider ces jeunes.




greenwich : L'éducation nationale est clairement en déficit et embauche des stagiaires qui, en effet, n'ont pas le CAPES mais bien souvent un niveau bac+5. La plupart sont inscrits aux concours du CAPES et de l'agrégation car c'est là qu'ils piochent leurs candidats ^^ De plus, par expérience, le CAPES est juste un concours écrit et oral mais avec très peu de formation pédagogique. Les candidats reçus sont ensuite catapultés directement à mi-temps dans un collège, suivent en parallèle des cours de pédagogie et doivent rendre un mémoire en fin d'année. Si cette année de stage est concluante le candidat est titularisé ^^  De plus si certains concours comme le CAPES ont souvent un nombre de places conséquents, tous les postes ne sont pas pourvus et l'agrégation a son nombre de places très limité ^^

De moins en moins de personnes veulent donc faire prof. Le métier a totalement perdu de son attrait pour plusieurs raisons. C'est certes un autre sujet mais qui touche au débat car comme tu le dis certains lycées ne pourront avoir de professeur pour enseigner certaines matières /static/img/forum/smilies/hmm.png

Pour les humanités numériques je m'étais un peu renseignée et j'avais lu qu'il s'agissait d'une discipline enseignée d'abord dans certaines universités et a pour but de réfléchir à l'impact de la technologie sur notre société. Comment par exemple, elle a bouleversé les pratiques de recherche en Histoire, en Lettres, en Science, etc ^^

Je me demande donc qui va enseigner ça xD


https://www.pixenli.com/images/1485/1485956587062942200.png
L'Assemblée des Faeliennes : Le marketing inclusif

Hors ligne

#137 Le 17-04-2018 à 00h09

Garde Ombre
greenwich
Soldat de la Garde
greenwich
...
Messages: 453

Et encore, ce n'est pas toujours le cas pour le bac+5. Après ne pas avoir le capes ne signifie pas forcement être mauvais prof. Il y a des profs que j'ai adoré et que je considérais comme vraiment bien qui étaient TZR et d'autres qui me semblaient vraiment pourris qui avaient l'agrégation... Mais oui le métier a totalement perdu de son attrait et c'est assez compréhensif (compréhensible ? j'ai un gros doute, il est tard si ça compte comme excuse x)).

Et au sujet des humanités numériques, ça me semble être vraiment un exemple concret du propos sur les inégalités. Ça a l'air d'être super intéressant comme matière, mais on arrive déjà pas à trouver des profs de maths, alors ce genre de profs... x)



https://data.whicdn.com/images/314266253/original.gif

Hors ligne

#138 Le 17-04-2018 à 00h38

Garde Ombre
Kallindra
Acolyte des Licornes
Kallindra
...
Messages: 429

Concernant le métier de prof, je ne pense pas qu'il ait perdu de son attrait. je pense que le CAPES (pour l'avoir passé dans la matière histoire géo) est clairement le frein aux vocations. Une formation déconnectée de l'emploi choisi car inexistante. Un concours basé sur du pur bachotage et donc réservé à des têtes à concours.

Je suis une vieille, je l'ai tenté il y-a 10 ans (purée déjà Oo) avec ma licence (oui à l'époque on pouvait le tenter avec un bac +3). j'ai passé l'écrit et échoué aux oraux. J'ai su rien qu'en me présentant aux oraux que je ne l'aurais pas parce que je n'étais pas formatée pour les concours. Par contre j'avais la vocation. J'ai bossé en parallèle en collège de ZEP pour me former et voir l'envers du décor. J'ai bossé les programmes, j'ai même pu donner un cours. Et j'avais adoré ça.

Les études pour être prof devraient être réformé pour être à l'image d'un diplôme en alternance, pour que ce soit formateur et qu'en plus on se puisse se rendre compte si on est fait pour ça ou pas. Car une tête à concours, un bachotteur qui connait ses cours par cœur mais qui à 0 pédagogie et/ou 0 imagination ben ce n'est pas un bon prof.

Je ferme cette parenthèse qui rejoint ce que je disais plus haut : c'est le post-bac qu'il faut réformer pas le pré-bac ^^


http://www.mesmedias.com/users/5bcc8ff04e58e1fc32760322d502988e/B_EN_V_2.png

Hors ligne

#139 Le 19-04-2018 à 10h47

Garde Etincelante
haylin458
Modérateur
haylin458
...
Messages: 1 863

Bonjour !


Je trouve que cette parenthèse sur les enseignants est importante, qu'il s'agisse des enseignants pré ou post bac d'ailleurs ! Certes les postes sont rares dans les universités mais si on en allouait davantage peut-être que certains professeurs seraient moins débordés (je parle notamment des professeurs chercheurs et maîtres de conférence dont le rôle ne se borne pas à donner des cours en licence et master)

Une meilleure formation et plus de postes accordés aux professeurs permettrait un meilleur accompagnement de l'élève et de l'étudiant ainsi que des classes moins chargées. Sur ce point je suis d'accord avec toi Kallindra, les formations aux concours sont complètement déconnectées de la réalité. C'est un métier qui ne s'acquiert correctement qu'avec la pratique et non pas en amassant des connaissances en vue d'un concours.

Là où mon avis diffère c'est sur le CAPES. Je suis une jeunette encore et cette année j'ai passé l'agrégation et le CAPES de lettres modernes. J'ai intégré une prépa agrégation car le concours est beaucoup plus difficile et beaucoup plus exigeant que le CAPES. De plus il y a très peu de place et la majorité sont prises par les ENS, ceux qu'on surnomme les bêtes à concours justement ^^
Notons aussi qu'à l'agrégation il n'y aucune formation à la pédagogie contrairement au master MEEF de l'enseignement qui mène vers le CAPES au bout des deux ans xD

Dans mon académie, nous étions 3 en prépa agreg et 9 à passer le concours dont 3 personnes venues pour la forme (rendu de copies blanches, etc.) Pour le CAPES, nous étions une soixantaine. Ca paraît beaucoup mais lorsque l'on compare les chiffres avec les années précédentes on constate une baisse.

En raison de ce manque de candidats au CAPES (peut-être découragé par le concours mais aussi par le métier qui devient de plus en plus difficile, beaucoup s'inscrivent mais ne se présentent pas, et c'est une des raisons pour laquelle tout les postes annoncés pour l'année ne sont pas pourvus), l'éducation nationale a plusieurs fois réformé le concours, du moins en lettres modernes. L'épreuve d'ancien français par exemple s'est vu largement simplifiée.

Le fossé entre l'agrégation et le CAPES est d'ailleurs devenu un abyme xD Ne serait-ce que par les épreuves, leur difficulté ou ce formatage dont tu parles. Honnêtement il devrait supprimer l'agreg, ce concours est obsolète. C'est du véritable bourrage de crâne :x


Bref tout ça pour dire qu'ils devraient supprimer ces concours xD Il y a eu des réformes pour le simplifier et le rendre plus facile d'accès pour les candidats mais un concours n'est pas formateur. Mon discours est un peu décousu mais j'espère que je n'ai pas été trop obscure ^^


https://www.pixenli.com/images/1485/1485956587062942200.png
L'Assemblée des Faeliennes : Le marketing inclusif

Hors ligne

#140 Le 20-04-2018 à 22h00

Garde Obsidienne
Selenite
Acolyte des Sylphes
Selenite
...
Messages: 1 237

Bonsoir !


Cela fait bien longtemps que je n'ai pas pointée le bout de mon nez ici ^^

Je ne vais pas être aussi catégorique et j'avoue que l'idée des matières à la carte m'aurait bien plut à une époque. J'aurais pu concilier les cours d'écologie avec la biologie et une langue étrangère et peut-être virer les cours de sports. Sortir donc du carcan maths-physique de la S et mélanger avec d'autres choses. L'idée en sois n'est pas mauvaise mais ça ne va pas assez loin à mon sens.

Réformer le BAC, pourquoi pas mais autant ne pas le changer s'ils ne réforment pas les études supérieures qui découlent de ce fameux BAC. Les formations qui demandent le panel complet des études scientifique ou littéraire ou art ou que sait-je, les jeunes seront t-ils acceptés s'ils ont mélangé les domaines dans leurs options ? Je vois d'ici les lacunes des uns et des autres et les problèmes à l'horizon si le gamin tombe dans une classe où personne ne s'entraide. Echec garantit.

Elitisme français par le diplôme chéri de nos institutions. Je vais vous faire part d'une petite anecdote qui a mon sens illustre parfaitement l'absurdité du système scolaire français et surtout : les diplômes (je les trouve inutiles et dénués de sens).

J'ai fais un BTS en biotechnologie et on a pas mal de cours pratique (2 jours/semaine, voir plus). Ces cours demandent à être en binôme et j'ai eu la malchance de tomber sur le moins doué de la classe. Bon, pas grave, il suffit de lui expliquer, lui montrer et le laisser manipuler (pédagogie, pédagogie). Deuxième année je me retrouve encore avec cette personne en binôme.........J'ai ris jaune toute l'année. Pourquoi ? Parce qu'à chaque TP il me demandait où verser les ingrédients. Il sortait des fioles qui ne correspondaient pas (alors que les graduations sont écrites dessus), devant les produits chimiques je devais lui montrer quoi prendre (alors que tout est écrit sur les étiquettes au marqueur)....tout le temps.

Le gag : il connaissait la théorie mais ce n'était pas un bon pratiquant. J'étais bonne pratiquante mais la théorie pas mon truc. Il a eu son diplôme.....moi pas......
Sur le papier il a le diplôme, il sait travailler.......
Je l'ai revu dans un labo, il n'a pas fait long feu car il ne sait pas travailler correctement en laboratoire, enchainant les bêtises les unes après les autres (il refait les mêmes, je précise)pourtant, d'après l'éducation nationale il doit savoir bien travailler comme il a le diplôme, d'ailleurs dans les offres d'emplois c'est souvent un diplôme qui est demandé......

Il est beau le diplôme français (je peux l'adapter aux concours aussi) ! Fin de la parenthèse.

Donc à mon sens, il n'y a pas que le BAC à réformer mais toute la sphère de l'éducation nationale et même l'étendre à la sphère de l'emploi.

A ce propos, avoir des "cours" d'orientation, pourquoi pas mais si c'est passer tout le cursus sur des CV et des lettres de motivations, je ne vois pas l’intérêt. Appréhender le monde du travail, montrer les différents bassins d'emplois, faire des simulations de recherches pas pour détruire les rêves mais leur montrer la réalité du monde du travail. Cela semble peut-être éloigné quand on passe le BAC mais pour l'avoir vécu, j'aurais aimé connaître les bassins d'emplois avant de partir en BTS.



Merci Leyo pour cette belle signature.
https://zupimages.net/up/16/27/skug.png[/center]

Hors ligne

#141 Le 01-06-2018 à 08h08

Garde Etincelante
haylin458
Modérateur
haylin458
...
Messages: 1 863

Bonjour !


Le mois dernier nous nous étions penchés sur la réforme consacrée au lycée, beaucoup d'entre vous ont d'ailleurs affirmé qu'il faudrait plutôt réformer les études supérieures. Donc quid de la faculté par exemple ?

EDIT : [CE SUJET N'AYANT DONNE LIEU A AUCUN DÉBAT JE ME PERMETS DE LE SUPPRIMER. MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION]


.............................................................

>> Sujet du mois proposé par Obsedience


Ce mois-ci je vous propose de participer au mémoire d'Obsedience ! J'espère que vous serez nombreux à apporter votre pierre à l'édifice, mais sans plus tarder je lui laisse la parole /static/img/forum/smilies/smile.png

Le texte qui suit a été écrit par Obsedience


"Bonjour à tous !

Je me permets de poster ici dans le but de recueillir quelques avis. Étudiante en master j'ai actuellement un mémoire à rédiger. Mon sujet porte sur l'analyse d'une exposition d'art contemporain qui s'est déroulée dans une ancienne prison. Alors pour resituer il s'agit de l'exposition Entrez libre organisée par Pick Up production. Elle s'est déroulée dans l'ancienne maison d'arrêt de Nantes qui n'était plus utilisée depuis 2012, et l'exposition s'est passée juste avant la destruction du bâtiment et sa transformation en quartiers résidentiels.

J'aurais voulu savoir ce que vous en pensiez : faire une exposition dans une prison n'est pas anodin, c'est un genre d'établissement qui intéresse dernièrement beaucoup le milieu des musées et de l'exposition. Je m'explique : il y a une grande tendance depuis plusieurs années à organiser des expositions d'art dans des lieux inattendus, qui n'ont pas d'ordinaire cette fonction. Cela suscite la curiosité du public et ça attire. Dernièrement, il y a eu donc des expositions d'art organisées dans des prisons, et ce genre d'initiative se multiplie, parce que ces expositions ont du succès.

Ce qui m'intéresse ce serait d'avoir votre avis sur ce genre d'initiative. Je parle bien d'une exposition à destination d'un public qui n'est pas familier avec la vie carcérale, je n'aborde pas les actions mises en place pour les personnes incarcérées. Ce qui m'intéresse c'est l'avis des personnes sur le fait - l'idée - qu'on organise une exposition d'art dans une prison, qu'on la transforme en espace d'exposition. En quelque sorte on ouvre la prison pour y faire entrer les gens, et je voudrais savoir si c'est positif (ça permet une visibilité certaine sur les conditions de vie en prison par exemple) ou négatif (par exemple ça peut banaliser la vie derrière les barreaux, au risque d'en oublier la violence, la précarité, la difficulté) ou les deux, ou ça dépend.

Voilà, tout avis est le bienvenu !"


https://www.pixenli.com/images/1485/1485956587062942200.png
L'Assemblée des Faeliennes : Le marketing inclusif

Hors ligne

#142 Le 01-06-2018 à 09h26

Garde Ombre
Kallindra
Acolyte des Licornes
Kallindra
...
Messages: 429

Bonjour,


Tout d'abord, je n'ai rien contre l'utilisation de lieux insolites pour exposer la culture.

Ensuite, je suis donc allée sur le site de l'exposition proposée par Obsedience pour me faire une idée. Voilà le lien si vous voulez voir des images de ladite exposition : http://www.pickup-prod.com/evenements/entrez-libre/
Je ne m'attendais pas à ça du tout. Bon je n'aime pas le street art ni même l'art contemporain que je trouve horriblement laid mais ça c'est un goût personnel. Donc voilà pour moi je n'y serais pas allée même si on m'avait invité. Néanmoins, en dehors de toute considération personnelle, la thématique de l'exposition étant en équation avec le lieu choisi je pense que ça aurait pu être intéressant.


http://www.mesmedias.com/users/5bcc8ff04e58e1fc32760322d502988e/B_EN_V_2.png

Hors ligne

#143 Le 04-06-2018 à 20h58

Garde Obsidienne
Lowelis
Acolyte des Sylphes
Lowelis
...
Messages: 1 158

https://img15.hostingpics.net/pics/589380musique.png

https://img15.hostingpics.net/pics/576082traitsparateur.png

Bonjour,

Quel drôle de thème ^^ C'est bien difficile de penser autour de cette thématique là.

La question, certes ouverte, me semble quand même restreinte. Est-ce qu'en soit je suis contre ce genre de pratiques ? Non. Je n'irai pas protester contre ça. Si je ne dis pas de bêtises ce sont généralement dans ce type d'exposition des vieux endroits désaffectés empreint d'une histoire. Honnêtement si l'exposition et l'artiste pense ses œuvres en faisant sens avec le lieu et l'histoire du lieu qu'il choisit, je trouve ça même plutôt très intéressant. Je trouve toujours très impactant d'oser faire rencontrer à son public ce dont on parle. Ce lieu qui nous a finalement inspiré pour créer.
Je me suis renseigné sur ces pratiques et j'ai lu que certains artistes exposaient leurs œuvres alors qu'elles n'avaient pas de lien et de sens avec la question de la prison.

Par contre je serai un peu plus réfractaire à ce genre d'exposition si les œuvres de l'auteur ne sont pas pensées en lien avec l'endroit - la prison. Quel serait l’intérêt de poser son art dans une prison si c'est pour ne pas en parler ?
Pour la question de la banalisation de la réalité de la vie en prison je dirai que c'est très aléatoire. Je ne pense pas en soi dans le cas où l'expo cherche à donner du sens à tout ça. Ce n'est pas parce que c'est fait avec de la créativité, de l'inventivité et que ça sort un peu de l'ordinaire que ça banalise forcément la vie  derrière les barreaux. On peut peut-être même parfois être plus prenant, plus impactant en dénonçant par l'art et par ce genre d'exposition qui finalement nous donnent l'illusion d'une expo un peu originale mais qui se révèle être bien plus profonde et poussée. Dans le sens où l'expo ne cherche à donner aucun sens en lien avec le lieu, je pense que ça pourrait effectivement banaliser la vie en prison. Sauf si le bâtiment est entièrement retapé pour devenir une salle d'expo ^^

Je crois et je le répète du moment qu'il y a un réel dialogue entre les œuvres et l'espace choisit.

Je pense à l'expo "La disparition des lucioles" une exposition dans la prison St-Anne à Avignon. Certaines œuvres sont entièrement pensées pour ce thème, d'autres sont justes posées là - quelques unes s'adapte plutôt bien mais pour d'autres ...

Je continue à réfléchir à la question parce qu'elle m’intéresse sincèrement. ^^ Je reviens vous voir si de nouvelles choses me viennent.             

EDIT - Et puis je me dis pourquoi finalement un artiste sans avoir pensé ses oeuvres pour parler de la réalité de la prison et des conditions de vie ne pouvait pas, plus largement, venir parler de l'art. Je m'explique. Un petit gars qui veut exposer ses tableaux qu'il a peint il y a bien longtemps dans une prison, est-ce que ça ne permettrait pas une réflexion sur l'art dans le sens où l'artiste décide d'enfermer l'art, et donc ses oeuvres, pour faire passer un message. Un message qui dirait que l'art ne peut pas s'enfermer, l'art ne peut pas pas être prisonnier. Il est libre puisque même dans les murs d'une prison il existe et il raconte des choses. Ce pourrait être un message sur la censure et la liberté d'expression.

Non peut-être que je pars un peu loin ? Et je ne sais pas si je me suis fait comprendre ^^

https://img15.hostingpics.net/pics/576082traitsparateur.png

«Tout le monde est un génie, mais si vous jugez un poisson à sa capacité à grimper à un arbre, il va passer toute sa vie à penser qu'il est stupide.» A.E

Dernière modification par Lowelis (Le 04-06-2018 à 21h17)

Hors ligne

#144 Le 17-09-2018 à 18h18

Garde Etincelante
haylin458
Modérateur
haylin458
...
Messages: 1 863

Bonjour !


Merci de votre participation et de votre aide apportée à Obsedience !
Après de longues vacances l'Assemblée des faeliennes réouvre ses portes avec un nouveau sujet ! N'oubliez pas que vous pouvez tout à fait proposer vos propres idées en m'envoyant un mp afin que nous puissions ensuite en débattre /static/img/forum/smilies/smile.png


Ce mois-ci je vous propose de débattre autour d'un phénomène que l'on retrouve de plus en plus :

>> Les campagnes marketing inclusives


Mais me direz-vous, qu'est-ce que c'est ?

On peut parler de marketing inclusif quand une marque élargit ses campagnes publicitaires à des populations qui sont sous-représentées. C'est notamment le cas dans le milieu de la mode avec de plus en plus de mannequins dits "grandes tailles" ou des shooting dits sans retouches donc en laissant les vergetures, les poils, la cellulite et tout ce que la société considère comme des "défauts"

On a ainsi vu récemment des marques de make up comme Nyx ou Fenty Beauty lancé des fonds de teint dans une large gamme de teintes afin que chacun puisse trouver son bonheur peu importe sa carnation.

Toujours pour rester dans la marque Fenty, le 12 septembre Rihanna clôturait la Fashion Week avec le tout premier défilé de sa marque de lingerie SAVAGE. Elle a fait défiler pour sa marque des femmes de toutes morphologies (la collection allant du XS au XXXL), tailles et couleurs de peau. Deux d’entre elles étaient même enceintes, et arboraient des body de maternité. La vidéo du défilé est d'ailleurs disponible sur youtube !

Je pourrais vous faire toute une liste de ce type d'initiatives qui se multiplient ces derniers temps mais là n'est pas la question ...


Selon vous, coup marketing pour surfer sur une effet de mode ? Ou bien véritable parti pris éthique ?


https://www.pixenli.com/images/1485/1485956587062942200.png
L'Assemblée des Faeliennes : Le marketing inclusif

Hors ligne

#145 Le 18-09-2018 à 22h29

Garde Ombre
Kallindra
Acolyte des Licornes
Kallindra
...
Messages: 429

hello


Alors pour moi il y-a 2 types de marketing : ceux qui surfent sur la vague et ceux dont c'est une marque de fabrique.

Rihanna a toujours prôné la femme telle qu'elle est, donc ça me paraît logique qu'elle soit dans cette démarche. De même que des marques comme United Colors of Benetton. C'est l'essence de ces marques d'être pour tous.

par contre oui il y-a clairement ceux qui surfent la vague. Si demain je sais plus laquelle des Jenners qui fait du make up disait le faire pour valoriser les femmes/hommes de tout type, ce serait pour moi du pur marketing parce que ce sont des businesswoman avant tout.

C'est comme toutes celles et ceux qui surfent sur la vague #metoo.

La limite est vraiment ténue mais il y-a à mon avis dans ce genre de chose de tout. Des profiteurs comme des convaincus /static/img/forum/smilies/smile.png et les profiteurs font souvent plus de mal à l'image de ce qu'ils utilisent en décrédibilisant le "combat" des convaincus.


http://www.mesmedias.com/users/5bcc8ff04e58e1fc32760322d502988e/B_EN_V_2.png

Hors ligne

#146 Le 24-09-2018 à 10h04

Garde Absynthe
Layssira
Soldat de la Garde
Layssira
...
Messages: 504

Je ne suis pas très renseignée sur le sujet, n'étant pas du tout branchée "mode" et donc pas très au fait de tout ce qui se fait en la matière, mais je vois en tout cas d'un bon œil ce que j'ai pu voir ici ou là des modèles qui s'élargissent et incluent les différences.


Les personnes, et les jeunes en premiers, sont en recherche d'identifications et de modèles, particulièrement à l'adolescence. Ne pas avoir que des modèles taille fine à prendre comme modèle et voir que des personnes avec des handicaps, des différences, des morphologies autres… Dans lesquels elles/ils peuvent se reconnaître peuvent être eux aussi sous les feux de la rampe ne peut être que positif.

Il ne faut pas se voiler la face sur le fait que la plupart de ces initiatives ne sont là que pour surfer sur la vague de prôner la tolérance, etc. mais à mes yeux ce n'est pas pour ça que ça en fait une mauvaise chose. Il faudrait inverser un peu les tendances en pensant à l'inverse : ce n'est pas juste nous qui suivons comme des moutons les commerciaux et les politiques. Ce sont les commerciaux et les politiques qui suivent notre propre opinion pour faire vendre. Ce n'est qu'en montrant qu'on veut plus de diversité, de tolérance, etc. que les commerciaux suivront en voulant nous satisfaire, ce qui contribuera à propager plus de différence et de tolérance :D Du moins j'aime à le voir comme ça, nous qui nous servont des commerciaux et non l'inverse pour faire évoluer la mentalité de ce qui est acceptable ^^

Ca me fait un peu penser au mouvement écolo (qui me tient plus à cœur que la mode, je me permets un petit écart-parallèle) : la mode de l'écolo, c'est toutes ces marques qui se sont données une image "verte" pour avoir une bonne image auprès des clients, et ça a permis de populariser tout un tas de bons gestes pour "surfer sur la vague", encore une fois. Après effectivement, il y a beaucoup de marques pour lesquelles ce n'est qu'une façade indépendante de leurs agissements plus profonds qui vont à l'inverse de leur image publique ("green-washing"). C'est probablement le cas également dans le secteur du marketing (je suis désolée je ne suis pas du tout renseignée sur le sujet donc je ne m'avancerai pas trop), après c'est au client de faire ses propres démarches pour savoir si la campagne est vraiment motivée sur le long terme ou s'il s'agit d'une façade.

Après @Kallindra tes propos m'ont fait me questionner : de telles campagnes peuvent-elles réellement décrédibiliser des populations sous-représentées, dès lors que celles-ci sont mises en avant ? Je conçois que certaines campagnes peuvent paraître maladroites du point de vue des personnes les plus renseignées/engagées sur le sujet, mais est-ce que ce n'est malgré tout pas bon à prendre aux yeux de la personne lambda qui ne serait pas du tout renseignée, ou même très basiquement les premières concernées potentiellement complexées qui peuvent se sentir belles en pouvant s'identifier à des mannequins ?

Après, ça m'a renvoyée à une série de clichés que j'avais vu sur un réseau social, de personnes albinos dont le physique était sublimé. J'avais trouvé l'initiative bonne, mais j'avais été dépitée par les commentaires où j'avais l'impression de voir un public critique et hargneux devant des animaux de foire, d'autres qui s'auto-proclamaient expertes "c'est pas un albinos, il a pas les yeux de la bonne couleur", "abus de langage", et d'autres choses exaspérantes du genre. Une amie à moi, albinos, avait été beaucoup touchée par tout ça avec l'impression d'être considérée comme un animal de foire. Après c'est une dérive "normale" des réseaux sociaux où les commentaires pitoyables sont malheureusement monnaie courant -_- Que ce soit sur ça ou sur un autre sujet, je pense que ça aurait donné la même chose, mais du coup oui, ça questionne quand même sur tout ce qui est de la discrimination positive. Est-ce qu'en les mettant en avant, on ne souligne pas davantage leur différence ?

Je trouverai ça plus agréable de voir plusieurs modèles de tout "type", avec de la diversité, tout simplement, une diversité présentée comme normale et non exceptionnelle, parce que cette diversité c'est ce qu'on vit tous les jours, et j'aimerais retrouver ça sur les tapis rouges, de la même façon qu'une fiction puisse représenter un héros avec un handicap sans que ce dernier soit utilisé et mis en avant pour faire vendre, mais simplement parce que ça peut être le cas sans changer la face du monde ^^

Dernière modification par Layssira (Le 24-09-2018 à 10h06)


http://a.deviantart.net/avatars/a/n/animedragongirl1576.gif?4
Ce que j’aime par-dessus tout en Gwendalavir, outre la salade de champignons, c’est l’inutilité du mot impossible.

Présentation | Ma Gardienne

Hors ligne

Pages : 1 ... 4 5 6